Les Fragments du Vide

Tsukaï !

Résumé 2.2, Année 1121, Tatsuya no Monogatari

b_tsukai.png

Contribution de Breloque
竜也の物語

Daidoji-san et Kakita-sama se rendent au dojo des mille poisons, arborant sans crainte le mon du clan de la Grue. Yogo-sama les accompagne.

Les apprentis Scorpions réalisent des katas et le son des bokens résonnent dans le bâtiment. Un vétéran samurai les accueille courtoisement et leur propose de s’entrainer sous les regards intrigués des disciples du dojo. Ce qu’ils font volontiers. Kakita-sama perd un duel d’entrainement au premier sang.

Daidoji-san apprend que les précédents vainqueurs du tournoi étaient des disciples de Bayushi Okabe, l’un des sensei du dojo. Bayushi Terihi est le maître du dojo.

Isawa-san et moi retrouvons nos comparses en ville pour partager le repas. Nous leur faisons part de la requête de la petite Rika concernant son frère Norihide-san et son étrange comportement, son amitié avec feu-Aru, en lien avec notre affaire.

Daidoji-san remarque qu’un des disciples du dojo des mille poisons nous observe. Elle l’aborde et lui pose des questions sur le dojo et sur le tournoi. Le jeune homme, Bayushi Heizo, lui révèle que les précédents gagnants étaient devenus très arrogants et semblent peut être avoir oublié que le Devoir passe avant tout. Il nous apprend aussi où habiterait Norihide-san.

Une petite bicoque de bois usé, attenante à l’échoppe d’un ferronnier. Il est bien chez lui mais refuse de nous rencontrer. Il finit par nous ouvrir et il est très agressif. Sa voix n’est pas très assurée. Il fait mine d’attaquer Yuki-san, mais je suis le plus rapide et je le mets au sol d’un coup de pied chassé. Isawa-san en fait appel aux kamis et le katana de notre adversaire va se planter comme tiré par une main invisible dans un poteau de bois. Daidoji-san va chercher une corde pour le ligoter et Kazehiko-san l’assomme avec un seau qui trainait par là.

Ikumi-san nous dit que l’homme est souillé et qu’elle sent la présence d’un Kansen, un kami de la souillure. Elle dit aller chercher quelqu’un qui s’y connait en ce genre de maux.

L’intérieur de chez lui sent le renfermé et est en désordre.

Des gardes Scorpion arrivent sur les lieux, mais je leur explique la situation. C’est au tour d’Ikumi-san de revenir, accompagnée d’un homme, son cousin, qui n’est autre que le daimyo de la famille Yogo, Junzo-sama. Dans son sillage, une odeur forte d’aconit vénéneux, une plante qu’on ne trouve qu’au sommet des montagnes.

Il nous fait sortir avant d’entamer un chant, un rituel de la Terre qui exorcise les lieux. Il recommande de brûler la maison. Yuki-san réunit quelques effets personnels avant que Kakita-sama ne s’exécute. Le ferronnier et quelques voisins se saisissent de seaux d’eau pour éteindre l’incendie.

Kazehiko-san en appelle aux kamis du feu pour éteindre tous les feux alentours.

Nous ramenons Norihide-san à l’infirmerie du palais et rapportons à l’enquêteur Iemitsu le fruit de nos différentes investigations. Il ordonne l’arrestation des autres vainqueurs du tournoi du dojo des mille poisons.
Pendant ce temps, Yuki-san a retrouvé Rika-chan pour la ramener au palais. Elle est autorisée à y dormir et elle pourra y résider quelques temps pour prendre soin d’Ayame qui est alitée depuis la veille. Isawa-san aussi semble particulièrement attentif à la santé d’Ayame-san.

Nous réalisons plusieurs cérémonies du thé avant de nous coucher ce soir-là. Les feuilles au fond des tasses racontent un dédale. Un labyrinthe complexe et ancien, qui contiendrait un dangereux trésor.
Le lendemain, au petit matin, un manteau de neige recouvre la cité.

Daidoji-san et Kakita-sama retournent au dojo des mille poisons. Kakita-sama connaît une nouvelle défaite ce jour. Ils s’entretiennent avec le maître du dojo pour tenter d’en apprendre plus. Ils y apprennent que les masques n’ont pas été offerts par leur famille comme la tradition le veut habituellement mais directement par le clan, en tant que vainqueurs du tournoi. Et c’est un des meilleurs artisans de la ville qui les confectionne, Kansuke-san.

Pendant ce temps, Isawa-san et moi-même interrogeons Norihide-san. Ses souvenirs sont confus, et les derniers suffisamment clairs datent de la cérémonie du Genpukku. Il dit vouloir demander l’autorisation de son daimyo à se faire seppuku. Isawa-san et moi-même l’invitons à considérer d’autres options que nous pensons plus honorables. Il nous narre ensuite son Genpukku. C’est le karo du daimyo en personne Bayushi Mokuyei sama, qui leur a donné les masques.

Une fois que nous sommes réunis, nous rendons visite à Kansuke-san, l’artisan qui a fabriqué les masques du Genpukku. Un homme richement vêtu, le crâne dégarni. Daidoji-san dit vouloir admirer ses œuvres.
Isawa-san invoque un kami de la Terre, qui accepte de répondre à une question : oui, il ressent la présence de Kansen dans cette masure.

Dans la maison de Kansuke-san, sa femme et sa fille se tienne dans la pièce principale. Sa fille est un visage connu : Yu, une servante du palais. Son atelier se trouve non loin. L’homme est affable et parle volontiers de son art. Il nous invite à prendre le thé. Au moment où Kakita-sama s’apprête à boire, Isawa-san fait voler le bol de thé des mains du shikken et il clame que des Kansen sont présents dans cette maison.

Kansuke-san répond de manière véhémente et harangue Kazehiko-san, lui intimant l’ordre de sortir.
Ikumi-san invoque les kamis afin de déterminer l’origine du mal. Elle prend le temps de reposer son parchemin avant de hurler « TSUKAI ! » en pointant du doigt l’artisan.

Un confus combat s’ensuit. La mère lance un sortilège de sang qui affecte Kakita-sama qui venait juste de blesser Kansuke. Ikumi-san use de sa magie pour blesser le sorcier. La fille change d’apparence et fonce dans l’atelier. Mes trois comparses font usage de leurs katanas et wakizashi pour blesser sérieusement nos adversaires. Un funeste maléfice s’abat sur nous : notre vue est obstruée par un voile rouge.

Quand le sortilège se dissipe, deux sorciers gisent au sol se vidant de leur sang. C’est Kazehiko qui est ensuite le plus rapide et qui court dans l’atelier à la poursuite de la fille. Il saute dans une trappe grande ouverte. Nous bondissons à sa suite.

Sous terre, un tunnel éclairé par quelques braséros s’enfonce dans les ténèbres. Nous arrivons dans des lieux beaucoup plus anciens, des catacombes dans lesquelles une fragrance cuivrée imprègne l’air. Serait-ce le légendaire labyrinthe crée par Bayushi lui-même pour cacher les secrets de son clan ? Cela me rappelle la légende de Bayushi Daijin qui aurait disparu dans le labyrinthe, emportant avec lui les prophéties Uikku, un Phoenix. Des révélations sur les clans et les kamis que le Scorpion aurait récupéré par des moyens que l’histoire tait.

Une vasque de feu éclaire un grand hall avec un trou béant en son centre : j’imagine que c’est le Puits des Architectes. Un peu plus loin, nous sommes surpris par des hyahukeis, des morts-vivants dans des armures antiques qui nous donnent maille à partir. La peur semble affecter Kakita-sama et Daidoji-san qui portent des coups moins assurés qu’à l’accoutumée. Isawa-kun a failli y laisser la vie.

つ づ く

Comments

Orion_JdR

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.