Les Fragments du Vide

Le Labyrinthe de Bayushi
Résumé 2.3, Année 1121, Tatsuya no Monogatari

b_labyrinthe.png

Contribution de Breloque
竜也の物語

Un petit oiseau inspiré par un kami de l’air vient se poser sur la main d’Ayame-san. Il délivre son message dans un murmure inquiet. Lancés dans une poursuite dans l’antique labyrinthe sous la cité Scorpion, nous avons fait une mauvaise rencontre.

Le combat contre les hyahukei, ces effroyables morts-vivants dans des armures antiques, laissent notre groupe sérieusement blessé. Kazehiko-kun est exsangue.

Souhaitant nous prêter assistance, Ayame-san va quérir de l’aide auprès du magistrat Bayushi Iemitsu qui l’accompagne avec son yojimbo à notre recherche.

En attendant que les secours arrivent, nous nous réfugions dans une alcôve. Je panse les plaies de mes compagnons en faisant appel à un kiho pour que mes gestes soient les plus efficaces possible. Je concentre mon chi dans mon esprit, affutant mes sens et aiguisant mes connaissances. Je sais qu’une grande fatigue me gagnera ensuite, mais cela en vaut la peine vu la situation.

Kakita-sama prépare le thé. Malheureusement blessé, ses mouvements sont peu assurés et ses mains tremblent. Je l’assiste et le fruit de notre coordination donne lieu à une cérémonie belle et singulière, dans cet environnement hostile. Il est encore possible de trouver de la beauté dans les endroits les plus sombres. Les tasses semblent nimbées d’une douce lumière dans le silence de ce lieu séculaire.

Une fois rassérénée, Yuki-san retourne dans le labyrinthe à la rencontre d’Ayame-san et des deux Scorpion, qu’elle recroise au Puits des Architectes.

En discutant avec le jeune Phoenix, celui-ci nous apprend qu’il serait la réincarnation de son grand-père, Isawa Kimiyushi, un chasseur de yokai. Il aurait hérité de lui une malédiction vis-à-vis des créatures du Gaki qui expliquerait que les revenants se soient acharnés sur lui pendant le combat.

Nous reprenons notre progression dans le dédale à la lueur des torches. Le couloir cède sa place à une pièce qui contient une stèle dédiée aux kamis de la terre. Sur l’autel, un sac de jute avec quelques parchemins, probablement la sacoche d’un shugenja, qui contient deux sorts anciens. Un sort du Scorpion que Yogo-san lit avec fébrilité, et un autre du Phoenix, qui est confié à Isawa-san.

Nous faisons une nouvelle halte dans ce lieu pour nous reposer derechef et vérifier les pansements de Kazehiko-san et Kakita-sama.

Le tunnel s’élargit et nous découvrons des racines à l’écorce sinistre qui suinte d’un sang noir. Nous sommes probablement sous le Bosquet des traîtres. L’attention de ceux qui souffrent à jamais se porte sur nous. Une plainte lancinante nous vrille les tympans. Il faut nous éloigner rapidement.

Le labyrinthe met nos nerfs à rude épreuve.

Nous trouvons une relique du passé, un éventail finement ouvragé. Il appartenait à Shosuro Meiwaku, une courtisane des temps immémoriaux… son nom me dit quelque chose, il faudra que j’étudie ce sujet plus tard. L’objet est doté d’un pouvoir : celui qui l’offre peut lire dans les pensées de la personne qui reçoit ce cadeau. Yogo-san l’offre à Kakita-sama, qui me l’offre à son tour.

Un lac paisible s’offre à nos yeux au détour du souterrain que nous empruntions mais bloque notre chemin. L’écho de nos pas résonne dans cette grande cavité souterraine. Certains d’entre nous passent par l’étroite corniche alors que d’autres nagent dans l’eau glaciale, mais nous franchissons cet obstacle.

Une brume vaporeuse cache nos pieds et l’air est de plus en plus chaud. Nous entrons dans une pièce éclairée par des lanternes.

De grands parchemins pendent à des fils comme des rideaux. Des étagères accueillent de nombreux parchemins. C’est une construction très ancienne, un lieu secret et sacré. Au fond de la bibliothèque, un autel dédiée à la Fortune Ofukushu sur lequel se trouvent des bougies. Je m’approche et remarque la silhouette agenouillée en train de prier : Yu, sa naginata posée derrière elle.

Je ne sais pourquoi, mais Kakita-sama commence à brûler un des parchemins accroché. Yogo Ikumi-san le décroche et l’éteint rapidement.

J’ai juste le temps d’échanger quelques paroles avec celle que nous avons poursuivi à travers ce dédale. Yuki-san entre en action et décoche une flèche qui frappe la maho-tsukai à l’épaule. Cette dernière incante et une brume se forme. Kakita-sama charge la servante et la blesse grièvement à la cuisse. Un sort frappe Kakita-sama qui le forçant à lâcher son katana, qui tinte en tombe sur les dalles de pierre froides. Il se tient la poitrine et hurle de souffrance. La brume conjurée se forme en une sinistre silhouette dotée d’une armure magnifique, celle d’un samurai de haut rang. Si j’en crois ses atours, ce serait… le premier champion du Scorpion ? Je n’ose y croire. Je l’assaille pour porter assistance à Kakita-sama, mais en vain.

Kazehiko-san se précipite sur le parchemin qu’il reconnait comme évoquant le Phoenix, le décroche et le roule précautionneusement.

Yuki-san reste concentrée sur son intention initiale. Elle charge à travers la brume et décapite Yu d’un geste précis et fluide. Le gaki conjuré s’en prend ensuite à elle et blesse gravement le samurai de la Grue avant de se désagréger dans l’air, en même temps que le dernier souffle quitte son invocatrice. Je reconnais que cette manifestation était liée à la fortune de la vengeance. De sombres arts que voilà.

La menace désormais écartée, j’use de tous mes talents pour convaincre le magistrat Scorpion de nous laisser étudier ces parchemins avant de remonter à la surface. Il rechigne mais reconnaît que nous avons gagné ce droit et qu’il sera probablement difficile pour nous d’y accéder de nouveau.

Les parchemins sont les prophéties d’Uikku, un enfant prodige qui vécu jadis et avait la réputation d’avoir une connaissance profonde du tao de Shinsei. Malheureusement son histoire est tragique. Il perdit peu à peu pied avec la réalité, son discours étant de moins en moins compréhensible pour son entourage. Il est connu pour avoir livré huit prophéties aux shugenja du Phoenix. Les parchemins étaient conservés à Gizai Toshi, capitale du Phoenix. Je crois savoir qu’il en existe une copie dans la cité impériale.

Voilà ce que nous avons pu transcrire avec le temps qui nous était alloué :

Lion : Le Clan du Lion découvrira qu’une foi aveugle dans le trône impérial peut aussi rendre aveugle aux besoins de l’Empire.

Licorne : Le Clan de la Licorne est peut être le maître des quatre vents mais lorsque la tempête s’abattra sur l’Empire, les jeunes arbrisseaux tomberont bien avant les vieux arbres ancrés au sol par de profondes racines.

Clan inconnu : Ils croient être venus dans l’Empire pour le protéger de l’Outremonde, mais c’est cette croyance qui provoquera leur perte.

Grue : un ancien ennemi sera sa Némésis. Ce Clan sera guidé sur la plus sombre des voies par un imposteur et le véritable héros se révélera trop tardivement pour parvenir à le sauver.

Crabe : En ce qui concerne le Clan du Crabe, le retour d’un ancien héros marquera sa perte. Il détruira ce Clan et tout ce pour quoi il a toujours combattu.

Phoenix : En ce qui concerne le Clan du Phoenix, le tao de Shinsei ne protège pas des ténèbres. Le Clan du Phoenix ira à sa perte aveuglé par sa propre fierté.

Scorpion : En ce qui concerne le Clan du Scorpion, c’est au moment de la victoire que le clan découvrira le coût de ses sombres alliances.

Je frissonne quand je relis ces mots. Aucun clan n’est épargné, tous semblent être destinés à connaître de sombres moments. Quel crédit accorder à ces prophéties ?

Nous remontons à la surface et regagnons le palais.

Plus tard, Yuki tentera en vain d’approcher le lieu dans lequel le Scorpion a stocké les parchemins.

Isawa-san essaie de sortir discrètement de la ville mais Ikumi-san l’attend avec une délégation pour récupérer le parchemin qui se trouve dans sa besace.

Ikumi-san, au milieu de la nuit, nous propose de rejoindre les sous-sols du palais. Des gardes armés, ainsi que Bayushi Mokuyé, le karo, sont présents. Le Daimyo lui-même Bayushi Shozu est présent aussi. C’est un grand honneur qui nous est fait. Le clan du Scorpion nous remercie pour avoir démantelé une cellule de Mao-Tsukai avec des cadeaux pour chacun.

Ainsi se termine pour nous cette cour d’hiver en terres Scorpion.

つ づ く
View
Tsukaï !
Résumé 2.2, Année 1121, Tatsuya no Monogatari

b_tsukai.png

Contribution de Breloque
竜也の物語

Daidoji-san et Kakita-sama se rendent au dojo des mille poisons, arborant sans crainte le mon du clan de la Grue. Yogo-sama les accompagne.

Les apprentis Scorpions réalisent des katas et le son des bokens résonnent dans le bâtiment. Un vétéran samurai les accueille courtoisement et leur propose de s’entrainer sous les regards intrigués des disciples du dojo. Ce qu’ils font volontiers. Kakita-sama perd un duel d’entrainement au premier sang.

Daidoji-san apprend que les précédents vainqueurs du tournoi étaient des disciples de Bayushi Okabe, l’un des sensei du dojo. Bayushi Terihi est le maître du dojo.

Isawa-san et moi retrouvons nos comparses en ville pour partager le repas. Nous leur faisons part de la requête de la petite Rika concernant son frère Norihide-san et son étrange comportement, son amitié avec feu-Aru, en lien avec notre affaire.

Daidoji-san remarque qu’un des disciples du dojo des mille poisons nous observe. Elle l’aborde et lui pose des questions sur le dojo et sur le tournoi. Le jeune homme, Bayushi Heizo, lui révèle que les précédents gagnants étaient devenus très arrogants et semblent peut être avoir oublié que le Devoir passe avant tout. Il nous apprend aussi où habiterait Norihide-san.

Une petite bicoque de bois usé, attenante à l’échoppe d’un ferronnier. Il est bien chez lui mais refuse de nous rencontrer. Il finit par nous ouvrir et il est très agressif. Sa voix n’est pas très assurée. Il fait mine d’attaquer Yuki-san, mais je suis le plus rapide et je le mets au sol d’un coup de pied chassé. Isawa-san en fait appel aux kamis et le katana de notre adversaire va se planter comme tiré par une main invisible dans un poteau de bois. Daidoji-san va chercher une corde pour le ligoter et Kazehiko-san l’assomme avec un seau qui trainait par là.

Ikumi-san nous dit que l’homme est souillé et qu’elle sent la présence d’un Kansen, un kami de la souillure. Elle dit aller chercher quelqu’un qui s’y connait en ce genre de maux.

L’intérieur de chez lui sent le renfermé et est en désordre.

Des gardes Scorpion arrivent sur les lieux, mais je leur explique la situation. C’est au tour d’Ikumi-san de revenir, accompagnée d’un homme, son cousin, qui n’est autre que le daimyo de la famille Yogo, Junzo-sama. Dans son sillage, une odeur forte d’aconit vénéneux, une plante qu’on ne trouve qu’au sommet des montagnes.

Il nous fait sortir avant d’entamer un chant, un rituel de la Terre qui exorcise les lieux. Il recommande de brûler la maison. Yuki-san réunit quelques effets personnels avant que Kakita-sama ne s’exécute. Le ferronnier et quelques voisins se saisissent de seaux d’eau pour éteindre l’incendie.

Kazehiko-san en appelle aux kamis du feu pour éteindre tous les feux alentours.

Nous ramenons Norihide-san à l’infirmerie du palais et rapportons à l’enquêteur Iemitsu le fruit de nos différentes investigations. Il ordonne l’arrestation des autres vainqueurs du tournoi du dojo des mille poisons.
Pendant ce temps, Yuki-san a retrouvé Rika-chan pour la ramener au palais. Elle est autorisée à y dormir et elle pourra y résider quelques temps pour prendre soin d’Ayame qui est alitée depuis la veille. Isawa-san aussi semble particulièrement attentif à la santé d’Ayame-san.

Nous réalisons plusieurs cérémonies du thé avant de nous coucher ce soir-là. Les feuilles au fond des tasses racontent un dédale. Un labyrinthe complexe et ancien, qui contiendrait un dangereux trésor.
Le lendemain, au petit matin, un manteau de neige recouvre la cité.

Daidoji-san et Kakita-sama retournent au dojo des mille poisons. Kakita-sama connaît une nouvelle défaite ce jour. Ils s’entretiennent avec le maître du dojo pour tenter d’en apprendre plus. Ils y apprennent que les masques n’ont pas été offerts par leur famille comme la tradition le veut habituellement mais directement par le clan, en tant que vainqueurs du tournoi. Et c’est un des meilleurs artisans de la ville qui les confectionne, Kansuke-san.

Pendant ce temps, Isawa-san et moi-même interrogeons Norihide-san. Ses souvenirs sont confus, et les derniers suffisamment clairs datent de la cérémonie du Genpukku. Il dit vouloir demander l’autorisation de son daimyo à se faire seppuku. Isawa-san et moi-même l’invitons à considérer d’autres options que nous pensons plus honorables. Il nous narre ensuite son Genpukku. C’est le karo du daimyo en personne Bayushi Mokuyei sama, qui leur a donné les masques.

Une fois que nous sommes réunis, nous rendons visite à Kansuke-san, l’artisan qui a fabriqué les masques du Genpukku. Un homme richement vêtu, le crâne dégarni. Daidoji-san dit vouloir admirer ses œuvres.
Isawa-san invoque un kami de la Terre, qui accepte de répondre à une question : oui, il ressent la présence de Kansen dans cette masure.

Dans la maison de Kansuke-san, sa femme et sa fille se tienne dans la pièce principale. Sa fille est un visage connu : Yu, une servante du palais. Son atelier se trouve non loin. L’homme est affable et parle volontiers de son art. Il nous invite à prendre le thé. Au moment où Kakita-sama s’apprête à boire, Isawa-san fait voler le bol de thé des mains du shikken et il clame que des Kansen sont présents dans cette maison.

Kansuke-san répond de manière véhémente et harangue Kazehiko-san, lui intimant l’ordre de sortir.
Ikumi-san invoque les kamis afin de déterminer l’origine du mal. Elle prend le temps de reposer son parchemin avant de hurler « TSUKAI ! » en pointant du doigt l’artisan.

Un confus combat s’ensuit. La mère lance un sortilège de sang qui affecte Kakita-sama qui venait juste de blesser Kansuke. Ikumi-san use de sa magie pour blesser le sorcier. La fille change d’apparence et fonce dans l’atelier. Mes trois comparses font usage de leurs katanas et wakizashi pour blesser sérieusement nos adversaires. Un funeste maléfice s’abat sur nous : notre vue est obstruée par un voile rouge.

Quand le sortilège se dissipe, deux sorciers gisent au sol se vidant de leur sang. C’est Kazehiko qui est ensuite le plus rapide et qui court dans l’atelier à la poursuite de la fille. Il saute dans une trappe grande ouverte. Nous bondissons à sa suite.

Sous terre, un tunnel éclairé par quelques braséros s’enfonce dans les ténèbres. Nous arrivons dans des lieux beaucoup plus anciens, des catacombes dans lesquelles une fragrance cuivrée imprègne l’air. Serait-ce le légendaire labyrinthe crée par Bayushi lui-même pour cacher les secrets de son clan ? Cela me rappelle la légende de Bayushi Daijin qui aurait disparu dans le labyrinthe, emportant avec lui les prophéties Uikku, un Phoenix. Des révélations sur les clans et les kamis que le Scorpion aurait récupéré par des moyens que l’histoire tait.

Une vasque de feu éclaire un grand hall avec un trou béant en son centre : j’imagine que c’est le Puits des Architectes. Un peu plus loin, nous sommes surpris par des hyahukeis, des morts-vivants dans des armures antiques qui nous donnent maille à partir. La peur semble affecter Kakita-sama et Daidoji-san qui portent des coups moins assurés qu’à l’accoutumée. Isawa-kun a failli y laisser la vie.

つ づ く
View
Les Griffes de Kyuden Bayushi
Résumé 2.1, Année 1121, Tatsuya no Monogatari

b_bayushi.png

Contribution de Breloque
竜也の物語

Lors de cet hiver 1120, Kakita Sheru obtint l’insigne honneur de participer à la cour de l’Empereur, à Kyuden Isawa. Nous ne l’avons que peu vu à cette occasion, il est plutôt discret et des samurais de notre rang n’ont de toute façon pas le droit de porter le regard sur l’héritier Céleste sans son autorisation.

A cette occasion, j’œuvre avec ardeur pour le nom de Kakita Sheru. J’ai la prétention déplacée de croire que cela à participer à attirer l’attention de la délégation Yoko présente à la cour, au point qu’une proposition de mariage fort avantageuse soit faite à Kakita-sama. Rien de moins que la nièce du daimyo Yogo. Yogo Ikumi est une shugenja qui n’a pas que sa naissance pour atout. Elle est reconnue pour son ardeur à lutter contre le maho sous toutes ses formes. Elle est plutôt avenante pour ne rien gâcher. Mais j’ai toujours quelques appréhensions vis-à-vis du clan du Scorpion, leur passion pour les secrets et les faux-semblants me font douter de leur passion. Kakita Sheru accepte ce grand honneur qui lui est fait. Je me renseigne sur elle autant que possible. Je découvre avec surprise que la jeune Yogo est une amie proche de… Yuki-san.

L’Empereur se retire au bout de quelques semaines. Le Phoenix en sort divisée : la famille Asako est mise à l’amende par la famille Isawa. Mais je n’ai pas réussi à savoir ce qui fut à l’origine de cette brouille.

A l’automne 1121, Kakita Sheru reçoit une invitation de la part du Seigneur Bayushi Shoju en personne, afin de séjourner dans son Kyuden et profiter d’un moment de repos au sein de la Maison des Secrets. Ce seigneur n’est autre que le daimyo de la famille Bayushi et le Champion du clan du Scorpion. Nous serons accueillis par son karo, son principal conseiller, Bayushi Mokuyei. Cette invitation s’étend à tous ceux qui ont été offensés, et ne s’adresse pas au Shikken même s’il est fait mention de l’accord avec Miya Yoto.

Kakita daimyo demande que sa future épouse l’accompagne. Yogo Ikumi san accepte et chemine depuis Otosan Uchi pour rejoindre notre délégation.

Kazehiko-san nous accompagne aussi. Par le truchement de la promise de Kakita-sama, il obtient l’autorisation de visiter la bibliothèque… accompagné.

Nous arpentons les routes venteuses et poussiéreuses des terres Scorpion dans la province de Kunizakai, dès les premiers frimas de la saison froide.

Kyuden Bayushi est construite au bord d’un large fleuve. La ville est réputée pour être un labyrinthe de rues étroites dont il faut connaître la sortie pour accéder au palais. Ce palais étant lui-même un dédale d’une autre sorte dont la rumeur dit que les murs changent de place d’un jour à l’autre. Mais il y a une autre boîte dans la boîte, car la cité est réputée pour être construite sur un labyrinthe très ancien que le kami Bayushi en personne aurait fait construire.

J’ai déjà du mal à retrouver mon chemin dans mon village natal autant dire que ce lieu me donne le vertige.
Les visiteurs doivent donc être guidés par des autochtones pour espérer se repérer dans la cité. C’est Yogo Ikumi san qui nous mène dans ces lieux.

Je sais aussi la cité réputée pour son sinistre Bosquet des Traîtres, où leurs membres renégats sont crucifiés jusqu’à la mort. Il se murmure que les âmes restent captives des arbres du lieu, incapables de rejoindre la roue karmique.

A notre arrivée, la ville est très animée. Nous passons à travers le quartier marchand, bruyant des cris des commerçants vantant les mérites de ses articles exotiques, les odeurs du marché chatouillant nos narines.
Le soleil se couche sur le Palais alors que nous traversons un monumental Tori surmonté d’une sculpture d’un scorpion noir. Je goûte cette scène splendide baignée dans les rayons cuivrés du soleil.

Passés par plusieurs salles, nous sommes accueillis dans la salle des audiences par Bayushi Mokuyei sama portant un masque laqué d’une belle couleur pourpre. Derrière lui, deux alcôves. Celle de gauche est décorée d’origamis complexes et du meilleur goût. Dans l’autre se trouve posé sur un présentoir un daisho magnifique entouré de quelques bougies. Le karo nous fait bon accueil et nous indique nos appartements. Kazehiko se rend à la bibliothèque. Ikumi-san nous fait visiter la ville, son port et ses différents quartiers. Les masques Scorpion sont très variés et nous apprenons nombre d’histoires et d’anecdotes concernant cette tradition iconique du clan. Notamment celle concernant le masque du champion clan Bayushi Shoji : intégral, il en change chaque jour. Nous profitons de l’occasion pour arpenter cette paisible cité, visiter artistes et artisans. Yuki-san fait l’acquisition d’une magnifique estampe dépeignant la ville. Elle achète aussi un cadeau pour son amie : un élégant étui à parchemin en bois laqué, sur lequel elle fait graver leurs noms.

Au troisième soir, dans la salle à manger, on nous apporte un plat étrange. Un poisson cuisiné avec une épice exotique, dont le fumet nous est inconnu. Daidoji-san est méfiante et ne mange que les accompagnements. Nous autres tentons l’aventure gastronomique, le goût est… étrange.

La neige tombe, un petit rideau blanc se dépose sur les toits des maisons.

Au beau milieu de la quatrième nuit, le bruissement de la porte d’entrée me réveille. Deux silhouettes armées d’un katana pénètrent dans la pièce. J’entends le cri de guerre de Daidoji Yuki dans la pièce d’à côté dévolue aux femmes. Kakita-sama se réveille, j’attrape son katana et lui lance pendant qu’il se relève. L’assaillant me blesse mais je riposte en posture de l’ours ce qui le projette au sol. Yuki san découpe le fusuma, la paroi coulissante en papier de riz qui sépare nos deux pièces. Ses réflexes de yojimbo la pousse à rejoindre Kakita-sama sans délai alors même qu’elle est face à un adversaire. Adversaire qui choisit de s’en prendre à Iuchi-san qui a tout juste le temps d’invoquer un kami protecteur de la montagne. Nos adversaires sont habillés en noir et portent des masques grossiers.

Kakita-sama transperce son adversaire d’un coup de katana fulgurant dans le cœur. Daidoji-san n’est pas en reste et décapite son adversaire.

Qu’elle n’est pas notre surprise quand l’adversaire éliminé par Kakita, se relève d’une manière surnaturelle. Ce ne sont pas de simples coupe-jarrets venus nous assassiner dans notre sommeil. Les adversaires sont coriaces et parviennent à nous blesser. Kakita plante son katana dans la tête de celui qui s’était relevé, qui s’effondre comme un pantin sans vie. Yuki-san décapite à nouveau son adversaire. Je peine à maîtriser le mien et reçoit plusieurs blessures. Je dois être un peu rouillé. Il me faudra reprendre rapidement l’entraînement de manière plus intensive. Heureusement Yuki-san est là pour défendre notre groupe car c’est une troisième tête qu’envoie voler contre le mur, qui tombe dans un bruit spongieux.

Le silence reprend ses droits dans la nuit pendant un instant.

Précédés par la lumière de leurs torches, un groupe de bushi Scorpion débarque dans la pièce. Ils nous cloisonnent le temps de comprendre ce qui s’est passé.

Bayushi Karea, un officier très suspicieux nous accuse maladroitement d’être la cause de cette macabre scène. Je lui rappelle quelques simples faits : des invités personnels de Bayushi-dono ont failli être assassinés sous son toit. Il eut été terrible qu’il souffre de pareil déshonneur.

Deux gardes sont placés devant nos nouveaux appartements.

A voix basse, nous échangeons sur les récents événements. Ikumi-san dit avoir senti la souillure parmi nos assaillants.

Dans les volutes d’encens, mon don de double-vue ne me révèle rien.

Kazehiko-san officie une prière au seigneur Lune. Ce moment de communion nous apporte un peu de sérénité. Yogo Ikumi trace des symboles de protection contre la souillure devant nos portes.
Je fais un rêve étrange cette nuit-là.

Il n’était qu’un enfant, difforme, le visage couvert par un masque de soie. Shoju regarde les samourais du Scorpion s’entraîner en dessous. Il chute mais se rattrappe à un chevron de bois. Il escalade péniblement jusqu’à sa chambre. Son père l’attendait en haut, le Champion du Scorpion. « Si tu n’avais pas été fort pour remonter seul, ta vie n’aurait pas valu d’être sauvée. »

Le lendemain matin, nous sommes conduits à Bayushi Mokuyei. Il nous propose de participer aux investigations concernant l’attaque que nous avons subie. Bayushi Oniji, le chef des gardes, est présent ainsi que Bayushi Iemitsu, chargé de l’enquête. Ce dernier est plutôt âgé et porte un masque de porcelaine qui lui couvre la moitié du visage.

Dans un caveau, les cadavres sont là. Les visages nous sont inconnus. Pas de tatouages. Jeunes gens. Le mon du Scorpion est le seul signe particulier que l’on observe. Pas de chaussures ni de geta dans leurs affaires personnelles. L’enquêteur remarque qu’il a déjà vu un des hommes dans le Palais. Bayushi Oniji est appelé. Il finit par reconnaître l’homme : Bayushi Aru, affecté cette nuit à la porte Est. Ainsi que la femme : Shosuro Arura, une bushi affectée à la surveillance de la route Sud. Ils viennent tous deux du dojo des Mille Poisons du cœur de ville et avaient réussi un concours. Deux bushi prometteurs décorés par Bayushi Mokuyei en personne.

Décision est prise que Kakita-sama et Daidoji-san aillent enquêter sur ce dojo, en leur qualité d’épéistes.

Pendant ce temps-là, Kazehiko et moi avons fait quérir les sentinelles de la porte Est pour les questionner. Un des gardes bafouille et avoue qu’Aru ne s’était pas présenté en effet. C’était quelqu’un d’irritable. Depuis qu’il avait été félicité par le daimyo, ses chevilles ne rentrait plus dans ses geta. Ils étaient dix jeunes gens à avoir mérité cet honneur. Une fillette se présente à nous. Elle ne manque pas d’audace et nous soumets son problème : son frère, Norihide est un ami d’Aru. Elle constate que son frère a un comportement étrange, il est devenu violent et colérique. Il fait partie des dix lauréats du dojo des Mille Poisons. Nous décidons de rendre visite à ce frère dans l’après-midi avoir échangé avec nos comparses.

つ づ く
View
Sous les cendres, un chrysanthème
Résumé 1.3, Année 1120, Tatsuya no Monogatari

b_chrysanth_me.png

Contribution de Breloque
竜也の物語

Kazehiko-san médite dans le temple. Soudain, un coup de vent éteint toutes les bougies. Il se retrouve plongé dans le noir. Quelques bâtons d’encens pareils à des lucioles rompent l’obscurité.

La fragrance de métal rouillé caractéristique s’accompagne du raclement annonciateur de l’arrivée de Kakera.

Elle allume une bougie au pied de la statue de Kisshoten et clopine jusqu’au shugenja du Phoenix :

« La Grande Eau a besoin de vous. Elle est en danger. Où se trouve l’envoyée des Fortunes ? Elle devait m’aider. La Grande Eau est prisonnière. Je l’ai trouvée mais je ne peux m’en approcher. »

« La Grande Eau a trouvé refuge dans quelqu’un de ta tribu. Si la Grande Eau meurt, c’est la Terre qui meurt. »

« Mon temps est précieux.»

Kakera lâche la bougie et invite Isawa-san à le suivre.

Isawa-san conjure les kami des airs en un petit moineau de fumée pour à qui il chuchote un message. La petite chimère file à tire d’aile à toute allure.

Le gobelin de cuivre mène Isawa-san jusqu’à l’entrée du labyrinthe, une trappe sous le Temple. Le jeune shugenja hésite à enfreindre l’interdiction d’entrer dans le dédale. Puis il se décide à aller chercher son matériel au palais. Quelques minutes plus tard, Isawa-san referme la trappe derrière lui et son étrange guide.

Le petit moineau vient délivrer son message à l’oreille de Kakita-sama avant de s’évanouir dans un tourbillon de volutes. Kakita-sama semble sceptique quant à la nature du message du jeune shugenja.

Les moines pansent les plaies de Daidoji-san ainsi que les quelques coupures que j’ai reçu dans l’échauffourée.

A la demande du jeune maître, j’accompagne Ayame-san pour rechercher le moine de Shiro Daidoji qui manque à l’appel. En vain.

Nous décidons que les moines viennent avec nous à Kenson Gakka, afin de ne pas les laisser sans défense. Il y a suffisamment de poneys pour tous.

Nous arrivons en soirée à Kenson Gakka, où es braseros ont été allumés.

Une démonstration de shogi se déroule avec peu de public. Le festival continue mais tout semble forcé, comme par obligation.

Pendant un instant, Daidoji-san et Kakita-sama ressentent la détresse d’Isawa-san à travers le lien mystique qui unit les fragments du vide. Notre compagnon est cependant introuvable. Mais où est-il donc passé ? Son message indiquait que Kakera requérait notre aide, mais nous ne savons pas où il est parti.

Les moines sont déposés au Temple des Sept Fortunes pour qu’ils prient et de reposent.

Nous nous rendons ensuite au château pour quérir une audience auprès du daimyo.

Un serviteur apporte un message d’Isawa-san à Iuchi-san. C’est un plan, avec un emplacement indiqué par le symbole des trois gouttes des fragments du vide. Je reconnais là l’entrée du Labyrinthe sous la ville. Voilà donc où se trouve le téméraire samurai. Pourquoi diable est-il allé s’aventurer là-bas seul alors que nous savons le danger que cela représente ? Nous décidons d’aller lui prêter secours sitôt l’entrevue avec le daimyo terminée.

En présence du maître de la cité, Kakita-sama évoque le complot qui se joue en ville et demande un entretien privé afin de produire une preuve. Une fois un peu plus isolés, c’est là que Kakita-sama défait le nœud du paquet ensanglanté et révèle la tête grimée en Akodo Ikare.

Une fois passée la stupeur, Kakita-sama fini par convaincre Matsu-dono de la réalité du complot qui menace sa ville, sans toutefois révéler nos suspicions plus précises à l’égard du clan du Scorpion. Matsu-dono décrète la fin du Festival de la Tortue Humble. Il confie à son épouse Matsu Miko l’organisation de la défense de la cité.

Kakita-sama obtient l’autorisation du daimyo de pénétrer dans le Labyrinthe, qu’il dénonce comme étant un passage avec des traces d’activité récente, ce qui représente un risque important pour la sécurité de la ville. Le daimyo nous autorise aussi à porter armes et armures. Daidoji-san prend le temps d’enfiler la sienne.

Avant de partir sur les traces d’Isawa-san, je médite un peu pour réfléchir à toutes les informations que nous avons glanées jusqu’à présent. J’enlève le haut de mon kimono, m’assoit dans la posture adéquate et positionne mes mains en signe du brasier pour concentrer mon chi. J’inspire et j’expire lentement jusqu’à ce que mon souffle soit imperceptible. Je laisse mon esprit parcourir sa bibliothèque de connaissances pour dénicher et dépoussiérer les informations utiles.

Mes premières réflexions vont vers Kakera. Elle n’est pas une zokujin comme les autres, probablement une shugenja de sa race. La Grande Eau ne peut être qu’un kami. Peut-être celui de la rivière des Trois Rives d’ailleurs. Il est connu que les kamis peuvent parfois habiter le corps et le cœur des hommes. Ces hommes ou ces femmes sont dès lors animés d’un conflit intérieur. Je pense que c’est le cas de Noshin, puisque Kakera a senti l’odeur de la Grande Eau dans l’offrande qu’il a déposé aux pieds de Kisshoten à l’aube. De plus, cela expliquerait son nom qui signifie « Illumination ».

Je sens que la flamme de mon kiho s’épuise jusqu’à s’éteindre. Une fatigue insidieuse s’installe langoureusement dans mes muscles et dans ma tête. J’ai comme un poids sur la poitrine. Les prochaines heures vont être longues et il me tarde de trouver du repos. Car à brûler comme je l’ai fait le feu de l’esprit, il faut ensuite en payer le prix. Mais pas tout de suite, il nous faut retrouver Isawa-san au plus vite.

Des lanternes éclairent nos pas dans les catacombes sous la cité.

Daidoji-san remarque sur les murs des inscriptions au fusain, une petite marque qui ressemble à trois gouttes. Isawa-san nous montre la voie. Sur la route, nous voyons des pièges il y a longtemps déclenchés, certains portant encore les stigmates de leur macabre forfait, comme ces squelettes empalés dans une fosse garnie d’épieux.

Les talents de pisteurs de Daidoji-san révèlent que les traces au sol sont celles de deux personnes : un homme et une femme.

Un avertissement paniqué résonne dans les couloirs : « C’est un piège ! Je suis l’appât ! »

Ce n’est autre que la voix de Kazhiko-san qui nous alerte. Daidjoji-san pose sa lanterne et s’avance discrètement, filant dans les ombres sans un bruit. A l’angle du couloir, elle aperçoit le shugenja du Phoenix. Kazehiko a plié un genou au sol, au seuil d’une pièce étrange. Il murmure une prière à un kami de l’eau qui bénit son flanc blessé. Nous le rejoignons. Il dit avoir été attaqué par une femme qui l’a laissé agoniser sur les pierres effectivement poissées de son sang. C’était sans compter sur ses puissants sortilèges de soins qui lui ont permis de se remettre sur pied. Mais le jeune homme est livide et je vois qu’il a contemplé un instant le regard de la mort.

Dans la pièce on aperçoit des tourbillons de poussière qui tournoient à grande vitesse. A n’en point douter un sort d’air. Au milieu de ce nuage, Noshin est là et semble complètement désorienté. De l’autre côté de la pièce, Kakera nous fait signe. Je suis à peine surpris de la voir en ce lieu.

Iuchi-san en appelle aux kamis de la terre pour lancer son sortilège de passe-muraille sur elle et Noshin. Elle traverse le tourbillon et rejoint le chef des moines sans crainte. Une odeur âcre de fumée se fait sentir par le tunnel que nous avons emprunté… On nous enfume comme de vulgaires taupes ! Isawa-san avait raison, c’est bel et bien un piège.

Iuchi-san attrappe Noshin et s’extirpe du piège pour rejoindre Kakera de l’autre côté de la pièce.
« Vous avez mis… du temps. » lui glisse malicieusement la petite créature. Le gobelin se prosterne devant Noshin qui s’assoit, groggy.

Isawa-san lance son kusarigama, un crochet à longue chaîne, de l’autre côté de la pièce afin que l’on traverse la pièce sans être désorientés par le sortilège.

Soudain, un éclair.

Par surprise, personne n’a vu venir une lame qui surgit des ombres et transperce Kakita-sama sous nos yeux horrifiés. Une fleur de sang s’épanouit sur sa poitrine. Mon cœur manque un battement à cette vue. Je constate que la lame a manqué le cœur.

C’est une main fantomatique qui semble tenir la lame et bouge à grande vitesse. Daidoji-san, tout en sang froid, est la première à réagir. Son geste est précis, et elle tranche la main de l’assassin. Le katana tombe en tintant sur la pierre nue, une main dextre encore accrochée à la poignée. Une silhouette se matérialise là où la bushi de la Grue a frappé. Une femme dans une longue robe noire apparaît. Son visage blafard évoque celui de Tonbo-Hiroe, mais il est tordu par la souffrance et la haine. Sa main gauche tient un wakizashi qui frappe avec fureur sans toutefois faire mouche. Je parviens à me ressaisir en lui saisissant le poignet et à le tordre en vue de le casser. Sa courte lame tombe au sol. Au moment où son poignet allait rompre, j’ai senti sa chair m’échapper et devenir comme immatérielle.

Daidoji-san, voulant sans doute laver son honneur de yojimbo, vise les jambes coupant un pan de sa robe noire. Notre ennemie lâche dans un soupir « Je suis votre ombre », puis recule dans les ténèbres. Je m’approche mais elle n’est déjà plus là, évanouie.

Isawa-san convoque un kami guérisseur sur Kakita-sama. Un tentacule aqueux sort de sa paume jusqu’à la plaie du jeune maître. Je suis impressionné par les talents du shugenja du Phoenix. Les kamis lui accordent décidément une grande puissance.

Une fois qu’elle a constaté que Kakita-sama est tiré d’affaire, Daidoji-san récupère le daisho de notre ennemi sur les dalles de pierres froides, afin de mener l’enquête ultérieurement. En tant que fils de forgeron, je sais qu’une lame a parfois beaucoup de chose à dire sur son maître.

Mais nous avons trop tardé. L’incendie est en train de nous rattraper.

La fumée s’épaissit de plus en plus, au point que nous commençons à tousser. Avec grand peine, nous traversons le nuage de poussière tourbillonnant en nous bouchant les oreilles et en nous accrochant à cette ligne de vie improvisée qu’est l’arme du shugenja. Isawa san est le dernier à passer, sa chaîne accrochée à la taille. Je le tire jusqu’à nous.

La fumée tourbillonne alors avec la poussière dans la salle, qui se remplit bien vite. Il est temps de lever le camp. Kakera nous guide dans les souterrains. Je prête mon épaule à Noshin pour l’aider à claudiquer.

Nous empruntons les méandres du labyrinthe pour arriver jusqu’à une porte. Voilà enfin notre échappatoire.

Nous nous asseyons en seiza avec Kakera pour deviser avec elle une dernière avant de nous séparer.

Elle nous apprend que ceux qui ont reconstruit les tunnels portaient des masques. Ils viennent de loin, par-delà la Grande Eau. Elle habite vers la Grande Eau, à la confluence. Plus d’ambiguïté possible : le Scorpion semble bien déterminé à reprendre Kenson Gakka. Je souhaite au Lion de ne pas avoir pris à la légère les avertissements du Shikken.

Isawa-san lance quelques derniers sorts de soins jusqu’à l’épuisement.

Le tunnel est bloqué par une paroi qui se révèle être le dos d’une armoire dans une pièce de la garnison. Nous sortons donc nez à nez avec trois soldats du Lion. Ceux-ci s’inclinent face à Kakita-sama.

L’atmosphère dans la ville a bien changé. Le Scorpion se prépare à l’attaque, son armée s’avançant dans la plaine. Les troupes du Lion sont quant à elle amassées à la porte Sud. La bataille est inexorable.

Kakita souhaite rencontrer de nouveau le daimyo pour livrer quelques informations concernant nos dernières explorations dans les souterrains. Selon le daimyo, l’excuse fournie par les émissaires du Scorpion pour leur attaque est la vengeance du massacre des moines de Yaruki Jukko par Akodo Ikare. Lors de cette entrevue, Matsu-dono sait jouer sur la corde sensible de Kakita-sama afin de le convaincre de rester à ses côtés dans la bataille à venir.

Pendant ce temps, nous rejoignons les moines et méditions pour patienter jusqu’au retour du jeune maître.
Je regrette que Kakita-sama ait accepté la requête du daimyo. Il met en danger la vie des moines en les laissant ainsi entre les griffes du Lion acculé. Qu’il est aisé de se laisser duper lorsqu’on agite devant notre nez le chiffon de l’honneur. J’ai moi aussi été un jeune bushi impétueux. Sûrement aurais-je du accompagner Kakita-sama pour mieux le conseiller. Je décide à ce moment précis qu’il me faut apprendre suffisamment le jeu des courtisans pour ne plus laisser sans aide le fils de Genkaku face aux ruses des puissants. La sagesse à laquelle j’aspire et la force de mon jiujutsu sont inutiles dans ce genre d’escarmouches.

Avant d’exécuter les ordres du daimyo et de nous rendre à Shiro no Meiyo avec les moines sous notre protection, Isawa-san nous fait l’honneur de diriger une cérémonie du thé dans le Temple des Sept Fortunes. Décidément, ce jeune homme est plein de ressources. Il me fait parfois penser à mes fils.

Nous prenons nos quartiers dans l’ancienne forteresse.

La bataille fait rage aux portes de la ville.

Un incendie se déclare dans la partie nord de la cité. Comme prévu, des unités d’invasion assaillent la citadelle de l’intérieur. Une heure passe. Les portes de la ville tombent. Depuis les meurtrières, Daidoji-san aperçoit les soldats du Scorpion qui mettent la ville à feu et à sang. La porte de la garnison tombe à son tour.

Tout cela était prévisible. La suite logique est l’assaut final sur Shiro-no-Meiyo, une défense héroïque et la mort des derniers défenseurs du Lion.

Daidoji-san refuse que cela se termine ainsi. Kakita-sama lui a commandé d’organiser leur défense. Elle décide de le faire d’une manière… inattendue. D’abord, elle se faufile dans les rangs ennemis. Elle aperçoit le général ennemi sur la place d’armes, à l’extérieur. Elle s’adresse à un officier pour lui dire que l’envoyé de l’Empereur souhaite que les moines sous sa céleste bénédiction puissent sortir vivant de cette bataille. Interloqué, l’officier le mène à un plus haut-gradé, qui le mène à son tour jusqu’à Bayushi Kaseru, le général de l’armée.

L’assaut est interrompu. Un messager du Scorpion est envoyé pour proposer des pourparlers avec le daimyo, ainsi que le Shikken. Je suis présent quand le messager délivre son message et je cache ma surprise quand je reconnais la silhouette de Daidoji-san, incognito avec son masque caractéristique des membres du clan du Scorpion.

Un peu plus tard, les deux délégations se font face sur la place d’armes. Le général Scorpion fait le premier pas. Ce dernier me fait bonne impression : courtois et posé, alors qu’il se situe pourtant dans une situation embarrassante. Matsu-dono, le daimyo Lion, a quant à lui perdu tout sang-froid. Il insulte sans vergogne son adversaire du jour. Kakita-sama se pose en médiateur et affirme que les deux clans au service de l’Empereur ont été trompés par des malandrins. Sans révéler les preuves de l’implication Scorpion que nous avons collecté au cours de nos investigations, Kakita-sama propose une porte de sortie honorable aux deux clans majeurs. Le shikken est remercié par Bayushi-sama. Matsu-dono acquiesce de mauvaise grâce.

Ainsi se termine la bataille de Kenson Gakka dans la nuit du 19ème jour du mois du Singe de l’an 1120. La paix de l’Empereur a prévalu.

Un peu plus tard, peu avant sa désertion des rangs Scorpion, Daidoji-san entend la voix du général Bayushi murmurer à ses hommes « Préparez la cérémonie. » Il accomplira son suicide rituel, le seppuku, avant les premiers rayons du soleil.

Daidoji-san déserte discrètement pour nous rejoindre.

Je m’incline et lui dis toute mon admiration pour l’audace dont elle a fait preuve. Elle a sauvé notre jeune maître d’une mort presque certaine. Je mesure que j’avais méjugé ce que signifiait vraiment le rôle de yojimbo.

Notre mission achevée, nous prenons la route quelques heures plus tard, au lever du jour. En chemin, Noshin lève un coin du voile de son histoire. Il est bien le kami des Trois Rives. Il a décidé un jour de prendre forme et de s’incarner dans un homme. Il découvre le monde à travers les yeux de son hôte et ne semble pas pressé de retrouver son cycle originel.

A la confluence, nous constatons que la rivière change de lit et s’assèche par endroits. Ça ne semble pas émouvoir Noshin, ni le kami enchâssé dans son cœur. Kakera apparaît et s’entretient quelques minutes en privé avec Noshin, puis part sans nous adresser un au revoir. Je crois lire de la résignation et du dépit dans sa démarche. A moins que mon imagination ne me joue des tours.

Après deux jours de voyage, nous pénétrons de nouveau dans le territoire du clan de la Grue. Les moines de Shiro Daidoji sont ravis de retrouver le réconfort de leur Temple. Les moines survivants de Yaruki Jukko vont résider ici sous la protection de la Grue, jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire.

Une fois arrivé à Kyuden Kakita, j’aide Shigeru-sama à rédiger une missive à Miya Yoto, la Voix de l’Empereur. Tous les faits sont détaillés avec soin, en prenant garde à ne faire aucune conclusion, hypothèse ou spéculation.

Kakita-sama honore la mémoire de Bayushi Kaseru en envoyant une tablette votive à sa famille. En son nom bien sûr, pas en sa qualité d’émissaire impérial.

Daidoji-san et moi allons passer une soirée agréable pour boire du saké et déguster quelques mets festifs. Notre petite aventure méritait bien d’être célébrée dignement.

Cela clos l’épisode de Kenson Gakka.

Comme vous l’aurez compris, honorable lecteur, c’est ainsi que furent plantées les graines d’un récit plus vaste. Nous ne le savions pas encore, mais ce n’étaient que les prémices de l’ultime chapitre de l’histoire de Miyakoshi, de la conjuration de Kinkaku et de l’héritage des fragments du vide.

つ づ く
View
La Comédie funèbre
Résumé 1.2, Année 1120, Tatsuya no Monogatari

La Comédie funèbre

Contribution de Breloque
竜也の物語

Où en étions-nous déjà ?

Laissez-moi un instant pour rassembler mes souvenirs.

Ah oui : Kenson Gakka. Après l’envol des faucons. Nous sommes en l’an 1120, au dix-neuvième jour du mois du Singe.

J’ai suivi les moines jusqu’aux portes de la ville.

Je prends le risque de la franchise avec Noshin, le chef des moines de Yaruki Jukko. Je lui dis ma certitude que ceux de sa congrégation qui tenaient les coffres ne sont pas innocents. Noshin refuse que je les interroge. Il souhaite le faire en premier et tirer cette affaire au clair. Soit. Je lui rappelle que la sécurité des moines de Shiro Daidoji demeure sous sa responsabilité. Il m’invite à passer au Temple un peu plus tard.

Pendant ce temps-là, Kakita-sama, tout à son rôle d’émissaire impérial, suit le daimyo et sa cour pour passer en revue les unités du clan du Lion dans les différents quartiers de la ville, accompagné d’Iuchi-san, de Daidoji-san et d’Isawa-san.

C’est ce jour que je prends conscience que les festivals du clan du Lion sont d’une tristesse à faire pleurer les pierres. C’est donc ça l’essence de la célébration pour l’honorable clan du Lion ? Parader et tournoyer ? On les sait obnubilés par la chose militaire mais de là à faire l’impasse sur tout ce qui fait le sel d’un festival réussi, je trouve ça bien maussade. Où sont passés les feux d’artifices, les chars colorés, les forains bruyants, les vœux aux kamis, l’odeur des boulettes grillées et les rires des enfants ? A peine avons-nous croisé une troupe de théâtre Kabuki et quelques vendeurs de brochettes…

Je m’assois un instant sur un banc à l’extérieur d’une auberge pour faire le point… et déguster un délicieux umeshu aux prunes d’été. Acidulé et corsé, comme j’aime. Je reconnais leur savoir-faire en matière de distillerie.

Le sinistre augure dans les feuilles de thé, puis l’envol des colombes. Quelque chose se trame en ce moment même dans la ville et le Lion ferait bien de prendre garde plutôt que de se complaire dans ses victoires passées.

Je finis par rejoindre Kakita-sama, à la mine toujours aussi sévère. Daidoji-san garde un œil en permanence sur le dos du jeune maître.

La suite de l’histoire m’a été racontée par Iuchi-san. J’espère rendre honneur à son récit.

Un attroupement vers le Temple des Sept Fortunes pique la curiosité de la shugenja Licorne. Elle entend des heimin murmurer au sujet d’un monstre qui aurait investi le temple. Proches de là, deux samurai du Lion sont en grande conversation avec deux samurai du Crabe, dont Yasuki Genji, déjà croisé la veille. Ils se disputent sur la meilleure approche : ceux du Crabe préconisent d’attendre l’arrivée d’un des leurs, chasseur de sorcières, alors que ceux du Lion proposent d’entrer sans tarder.

Iuchi-san donne raison à ces derniers et pénètre dans le temple, laissant les samurai à leur conciliabule.

Une singulière odeur de métal rouillé flotte dans l’air. Un bruit de raclement contre la pierre se répète. Le temple est plongé dans la pénombre. Elle s’empare d’un cierge au pied de la statue de Bishamon, Fortune de la force. Le temps d’allumer sa bougie et le bruit s’est arrêté. Un frisson court le long de son échine. N’a-t-elle pas été présomptueuse à pénétrer seule en ce lieu face à un danger inconnu ?

La statue de Kisshoten attire son attention, sans qu’elle ne sache vraiment pourquoi. L’offrande d’un bol de riz gît à ses pieds, ainsi que deux bâtons d’encens qui se consument lentement, deux points rougeoyant pareils à des yeux inquiétants.

Un choc sourd. Juste derrière elle. Surprise, Ayame-san lâche sa bougie en voulant porter la main à son cartouche à parchemins, dans un réflexe de défense. La flamme qui roule à ses pieds projette des ombres sur une créature à l’aspect étrange. Petite et maigrichonne, une peau mordorée aux reflets chitineux, un visage reptilien entouré d’une opulente crinière. Et de grands yeux vides qui la fixent.

Son cœur manque un battement. Un détail attire son attention : la créature porte des vêtements, des guenilles tout au plus, et pose la main sur une canne. Quel genre de monstre utiliserait-il une canne pour se déplacer ? À cette pensée saugrenue, Iuchi Ayame bredouille des présentations à la créature qui l’observe. Cette dernière lui répond très lentement :
« Elle est venue honorer les Fortunes pour la que Grande Eau retrouve la paix. Allez-vous m’aider à soigner la Grande Eau ? Êtes-vous l’envoyée des Fortunes, la réponse à mes prières ? »

Un gros homme barbu pénètre dans le temple comme s’il était chez lui. C’est le cas. Hoji-san, le bedonnant moine gardien du lieu révèle à Iuchi-san le nom de la singulière créature : Kakera.

Cette dernière tend son doigt crochu vers le bol d’offrande avant de reprendre son très lent discours, détachant les syllabes les unes après les autres :
« Je suis venu rencontrer l’homme qui a déposé ceci. Ça sent la Grande Eau. M’aiderez-vous à le trouver ?»

Je rejoins les autres lorsqu’un serviteur, front contre terre, vient informer le daimyo Matsu Kioma que le temple des Fortunes serait profané par un monstre en ce moment-même. Échaudé par l’épisode des colombes, le sang de Matsu-sama ne fait qu’un tour. Il décide d’aller régler lui-même ce problème.

Arrivé au temple, je suis agacé de voir qu’il pénètre sabre au clair dans ce lieu sacré. Le Lion manque de respect envers les Fortunes et je trouve ça particulièrement déshonorant.

La colère du daimyo est palpable quand il découvre la scène : Hoji-san, que j’ai rencontré plus tôt ce matin, et Iuchi-san sont face-à-face avec… un zokujin ? La créature bondit à grande vitesse sur une poutre du temple, à plusieurs mètres de hauteur. J’ai de nombreuses fois entendu parler de ces gobelins de cuivre que le clan du Lion utilise comme esclaves dans ses mines. Mais jamais jusqu’à aujourd’hui je n’avais eu l’occasion d’en voir un… ou une ?

Le daimyo range son katana et lance d’une voix forte qui ne masque pas sa colère :
« Que fait un zokujin ici ? Faites immédiatement retourner cette créature dans son labyrinthe ! »

Le moine tente en vain d’invectiver Kakera à redescendre, mais rien n’y fait, le gobelin fixe ses grands yeux blancs sur Iuchi-san. La samurai-ko lui adresse quelques mots : « Redescendez. Je répondrai à votre requête. »

La créature s’exécute lentement et est conduite hors du temple sous la garde de deux samurai du Lion. C’est bien dommage, j’aurais aimé pouvoir échanger avec elle.

Hoji-san s’empresse de rallumer les braseros pour offrir un peu plus de lumière. Le daimyo s’approche d’Iuchi-san d’un pas vif, sa suite à quelques pas derrière lui. « Quel rapport avez-vous avec cette créature ? » demande-t-il d’un ton péremptoire. Iuchi-san lui relate brièvement son échange avec Kakera. Le daimyo est sceptique : un gobelin n’est pas censé parler.

Kakita-sama fronce son monosourcil et présente ses excuses pour le comportement vaporeux d’Ayame, « pareil à ceux de son clan ». Je trouve l’attitude de Kakita-sama inadéquate. Iuchi-san n’a rien fait de mal, et insulter son clan n’est pas une manière honnête de protéger son honneur. Ne devrait-il pas plutôt faire confiance à Ayame-san et se porter garant de sa bonne foi plutôt que de la mettre en porte-à-faux face à un puissant colérique ? Il reste encore du chemin pour que Kakita-sama dépasse son rôle de fonctionnaire intransigeant et devienne un véritable meneur d’hommes et de femmes.

C’est au final une avenante courtisane – que j’aperçois pour la première fois – qui tire Ayame-san d’affaire en s’adressant à elle, mais audible de tous :
« Manifestement, vous n’avez pas récupéré de votre coup à la tête lors du tournoi… »

La manœuvre est habile. J’apprends plus tard qu’il s’agit de Tonbo Hiroe, du clan de la Libellule. Elle est ce Fragment du Vide à la nature étrange que j’étais le seul à n’avoir rencontré jusqu’à présent. J’aurais aimé m’entretenir à mon tour avec elle, mais elle se dérobe avec le reste de la suite du daimyo.

L’hatamoto prend Kakita-sama à parti. Il lui demande de rester à l’écart désormais. Le daimyo souhaite retrouver de la quiétude, suite à ce nouvel impair dans le festival. Le camouflet est dur à encaisser pour Kakita-sama, mais il reste digne et courtois. Une petite voix me murmure que le daimyo aura d’autres sources d’inconfort d’ici la fin du festival de la Tortue Humble.

Nous nous rendons dans les jardins en face du temple pour faire le point sur la situation. Kakita-sama admoneste Iuchi-san pour son comportement dans le temple des Fortunes. Je me garde d’intervenir mais je réserve ce sujet à une conversation ultérieure et privée avec lui. Kazehiko nous apprend qu’il a observé en détail l’offrande qui a attiré Kakera, sans toutefois y détecter d’anomalie.

Des éclats de voix venant du mur d’enceinte nord attirent notre attention. Nous apercevons Akodo Ikare en train de vilipender un garde, le poussant de façon menaçante au bord du rempart. Il semble plus colérique que ce que nous avions pu constater jusqu’à présent.

Quelques instants plus tard, on entend Matsu Miko, la femme du daimyo, en train de badiner en tête à tête avec quelqu’un, derrière une haie des jardins. C’est un grave manquement à l’étiquette. Yuki-san s’approche discrètement et constate que le mystérieux galant n’est autre que le général Akodo-sama. Celui-là même que nous avons aperçu sur le mur d’enceinte il y a quelques instants ? Impossible ! Et pourtant…

Les signes d’un complot en train de s’épanouir sous nos yeux sont de plus en plus concrets. Je regarde désormais d’un œil inquisiteur la troupe de Kabuki qui joue dans la rue non loin. Mais rien d’anormal ne transparaît dans leur performance, si ce n’est que leur art est plutôt brut comparé à mes humbles connaissances. J’ai peur que ce ne soient pas les seuls comédiens dans les environs.

Nous retournons à l’intérieur du temple afin de mener quelques investigations. Kakita-sama interroge en vain une vieille heimin à l’œil torve. Hoji-san arrive les bras chargés de parchemins et de rubans de soie. Il s’affaire à nouer les rubans en motifs complexes pour une prochaine cérémonie. Ayame-san l’aborde pour en apprendre plus sur sa rencontre avec Kakera.

Celui-ci lui répond volontiers :
« Sous le temple repose un vieux labyrinthe, du temps où le clan du Scorpion occupait la place. Des zokujin ont fui les mines et l’occupent maintenant. Kakera est une femelle de sa race, plus volubile et moins craintive des hommes que ses congénères. Elle ne rentre pas à l’intérieur du temple d’habitude, je ne sais pas ce qui lui a pris. »

Iuchi-san demande au moine ventripotent qui donc aurait apporté l’offrande aux pieds de la statue de Kisshoten. Malicieux, le vieux moine invite Ayame à faire une offrande pour l’entretien des lieux. Elle donne quelques zeni et Hoji-san qui révèle que ce n’est autre que Noshin, le chef des moines de Yaruki Jukko.

Pendant ce temps, j’allume plusieurs bâtons d’encens et adresse une prière à Kisshoten. J’en appelle à mon don de clairvoyance. Sous le regard de mes camarades et d’Hoji-san, les volutes d’encens prennent vie pour former un paysage. Une rivière, un pont, un fortin. Un petit oratoire au bord du chemin. La fumée se concentre pour former de lourds nuages d’où s’échappent des éclairs. L’orage se déplace de Kenson Gakka vers les montagnes. Les terres du Scorpion.

Voilà qui confirme mes hypothèses les plus pessimistes.

Deux bushi du Lion font irruption dans le temple, mettant fin à ma transe. Ils fouillent partout, retournant sans ménagement le mobilier. Encore une démonstration du peu de respect pour ceux de leur clan pour tout ce qui est sacré. Ils disent chercher le fils d’Akodo Ikare : il a été kidnappé.

Les présages.
L’envol des colombes.
Le zokujin dans le temple.
Le général en double.
La femme du daimyo qui batifole dans les jardins.
L’existence d’un labyrinthe sous la ville.
Et maintenant l’enlèvement du fils du général ?

Il est temps de cesser de subir les évènements et de prendre des initiatives. Je décide de visiter ce fameux labyrinthe sous la ville. J’ai un mauvais pressentiment. Je suis obligé d’insister auprès d’Hoji-san, qui est mal à l’aise car il est en temps normal interdit à quiconque de pénétrer sous le temple. A l’arrière de celui-ci, il y a une petite cour et un endroit où il faut se pencher pour passer sous les pilotis du temple jusqu’à une trappe. Ayame-san se propose de m’accompagner. Je l’invite à ne pas le faire, il ne sert à rien que nous soyons deux à briser le tabou de l’interdiction qui pèse sur cet endroit.

Dans le labyrinthe, malgré les marques que je laisse au sol, je finis par me perdre. Mon intuition se confirme cependant : le dédale tentaculaire s’étend sur toute la ville… et même au-delà. Je découvre aussi des marques claires d’activité récentes. Certains tunnels ont été étayés récemment, certains passages maçonnés de frais. Aucune trace de Kakera ou des zokujin. Le Lion serait-il orgueilleux au point de négliger la termitière sous sa tanière ? Le Scorpion aura tôt fait de venir le piquer pendant son sommeil…

Pendant ce temps-là, Kakita-sama et les siens croisent le chemin d’Akodo Ikare – ou de l’un d’entre eux tout du moins. Ils lui assurent notre entier support pour retrouver son fils.

Dans la ville, le peu de ferveur qu’il y avait est retombée avec les récents évènements. La rumeur populaire murmure que le général aurait cassé le bras d’un de ses soldats.

Le groupe part donc à la recherche du fils perdu mais aussi de Tonbo-san. Ils vont donc à l’auberge dans laquelle Iuchi-san et Daidoji-san l’ont rencontré la première fois. La bushi Licorne précédemment aperçue, a l’air sur le départ. Kakita-san l’interroge sur son départ précipité avant la fin des festivités. Elle lui explique que « Lorsque le Lion rugit, c’est qu’il va attaquer. Je ne souhaite pas être là quand ça arrivera. »

Yasuki Genji est là aussi et Iuchi-san ne manque pas l’occasion de l’aborder. Elle apprend de sa bouche que des ragots affirment que l’enfant aurait été enlevé par le Shikken, après que le daimyo ait été offensé dans le temple. D’autres disent que c’est le démon du temple qui aurait enlevé l’enfant. Il paraîtrait même que que le général aurait tué deux heimin qui se seraient opposé à ce que ses gardes pénètrent dans leur fumerie d’opium. De la bouche de l’aubergiste, Daidoji-san apprend que Tonbo Hiroe n’a pas dormi à l’auberge, qu’elle venait seulement très tôt le matin.

Le groupe reprend les recherches. Daidoji-san entend des pleurs et le son provient… d’un puits. Après avoir récupéré le matériel nécessaire, Daidoji-san descend accrochée à une corde dans le puits. L’enfant est là, sanglotant. Ses vêtements accrochés à une racine laissent entendre qu’il n’est pas tombé là par hasard mais qu’on l’a amené ici. En dénouant le tissu, une poudre blanche reste sur les doigts de la samurai-ko. Un dernier détail capte l’attention de Daidoji-san, l’eau qu’elle devine au fond du puits n’est pas une calme réserve, c’est l’eau vive d’une rivière qui coule en direction de la garnison.

Pendant cette manœuvre, Kakita-sama prend le soin d’appeler la garde pour que d’autres constatent le sauvetage de l’enfant. C’est finement joué au regard de l’équilibre précaire dans lequel la délégation impériale se trouve.

C’est au tour du général d’arriver sur la scène, une fois l’enfant sorti du puits. Selon Iuchi-san et Kakita-sama, ce dernier a remarqué bien trop vite la poudre blanche sur les vêtements, comme s’il savait exactement où regarder. Il repart furieux et sans un mot avec l’enfant sous le bras. Quant à savoir si cet Akodo-sama était le vrai…

La texture et l’odeur du talc permettent de l’identifier. Il est obtenu à partir du pollen d’une fleur typique de la côte de Rokugan. Il est commun dans de nombreux dojos du clan de la Grue pour assécher les mains avant le combat. Kakita-sama serre les dents et murmure « Les mâchoires du piège se referment. »

Face à cette situation, décision est prise que Kazehiko se réfugie au Temple des Sept Fortunes, seul, pour ne pas attirer l’attention.

Il n’y a pas longtemps à attendre pour qu’un gunzo se présente à Kakita-sama avec une invitation d’Akodo-sama. Kakita-sama insiste sans équivoque pour que les soldats le suivent comme une escorte. On ne saurait mettre un émissaire de l’empereur aux arrêts.

Une fois entré dans la garnison, le groupe trouve le général Akodo Ikare assis sur un tabouret dans une grande salle sûrement réservée aux conseils de guerre. Visiblement sur le pied de guerre, il a revêtu son armure et porte son daisho au côté. Sa mâchoire tremble de crispation et ses yeux sont des volcans.

Il regarde Kakita-sama droit dans les yeux :
« Shikken-san » délaissant le -sama, « Je tenais à vous remercier pour le sauvetage de mon fils. Vous comprendrez qu’avec les éléments en ma possession vient le temps des questions. Accompagnez-moi. »

Au ton de sa voix, ce ne sont pas vraiment des remerciements. C’est plutôt un ordre qu’il n’est pas question de discuter.

Iuchi-san remarque qu’il porte un étrange et discret tatouage sur la nuque, un fin segment vertical.

Une fois les poneys scellés, la troupe constituée du général, de trente de ses hommes mais aussi du Shikken, d’Iuchi-san et de Daidoji-san prend la direction de la porte sud. Chemin faisant, la troupe croise un moine qui marche en direction de la ville, son chapeau de bambou tressé vissé sur la tête. Iuchi-san s’arrête, échange quelques mots avec moi et me fait monter en croupe de son cheval.

Et oui, j’ai fini par trouver une issue ! J’ai émergé à l’air libre dans une grotte à deux kilomètres de la ville.

Pendant la cavalcade, Daidoji-san remarque à son tour l’étrange tatouage sur la nuque d’un des samurai de la garde rapprochée du pseudo général. Le rôle principal n’est donc pas venu seul et il est accompagné de quelques rôles secondaires.

Le temple de Yaruki Jukko est de petite taille et d’aspect classique. Une fois franchi un premier tori en bois laqué rouge, nos poneys montent une pente sur vingt mètres avant de pénétrer dans l’enceinte. Trois corps de bâtiments sur pilotis en charpente traditionnelle ceignent la cour qui accueille une grande statue de Shinsei.

Un garde crie des invectives. Les moines sortent peu à peu du dortoir, surpris et inquiets. Ils devaient se préparer pour la veillée. Noshin n’est pas là. Kakita-sama s’avance pour saluer ceux de la Grue. Je m’agenouille pour adresser une prière à Shinsei. J’ôte le haut de mon kimono, révélant mes tatouages sacrés à l’air libre.

La mascarade se poursuit. Le général demande à la cantonade pourquoi ils ont enlevé son fils. Il insiste devant leur incompréhension. Puis il égrène ses accusations comme un mantra maintes fois répété :

« La poudre blanche vient des terres de la Grue. Ils ont enlevé mon fils. Et ce sont les moines qui ont amené les colombes. Justice doit être rendue… »

« … par le daimyo. » l’interrompt avec insolence Yuki-san.

Et elle se moque de la mine courroucée du faux général en enchérissant :
« Une personne avec la même armure que vous a déambulé en ville aujourd’hui. Etes-vous celui que vous prétendez être ? ».

Sans plus de palabres, le général se retourne vers ses hommes :
« Fadaises. Exécutez les moines. »

Daidoji-san, Kakita-sama et moi-même nous interposons.

Kakita-sam défie le général en duel, qui accepte. Ils se jaugent du regard et concentrent leur chi.

Daidoji-san décapite un premier adversaire qui a eu l’audace de s’approche d’elle. Elle a les gestes sûrs et économes d’un vétéran du champ de bataille. Son adversaire suivant profite de l’ouverture créée par la mort de son camarade pour asséner un coup aux jambes de la garde du corps. Il le paye instantanément de sa vie puisque sa tête roule à plusieurs mètres après la réplique rageuse de l’épéiste Daidoji. Son troisième adversaire détale devant la mort brutale de deux de ses compagnons en une poignée de secondes. Son quatrième adversaire est un peu plus coriace, même s’il ne fait pas le poids. Elle reçoit plusieurs estafilades et halète sous l’effort. Aussi forte soit-elle, elle ne pourra pas vaincre trente hommes à elle toute seule.

Mais elle n’est pas toute seule.

Iuchi-san psalmodie une prière aux kamis de l’air en brandissant son parchemin. Les nuages se condensent au-dessus du temple. La foudre s’abat sur un des bushi du clan du Lion, qui meurt instantanément.

J’essaye de ne pas penser à l’odeur de cochon grillé pendant que je projette un de mes adversaires en enchaînant des mouvements simples : la grue blanche déploie ses ailes suivi de l’ours embrasse la lune. Mais les adversaires sont nombreux et je reçois plusieurs coupures.

Du coin de l’œil je vois des moines Scorpion qui courent en direction des Lion, qui étonnamment les laissent quitter le temple. D’autres, Grue, tentent de s’enfuir mais sont assassinés par les bushi du Lion.

Mon jeune maître prend l’ascendant dans son duel. Mais le premier coup ne suffit pas à abattre son adversaire. Voilà qui est fâcheux. C’est ce que doit penser aussi Kakita-sama dont l’orgueil est sûrement froissé. Son deuxième coup est magistral. La tête de feu le comédien général se détache de son cou et glisse au sol dans un bruit macabre. Je ne peux m’empêcher de jauger le duelliste. Si j’admire sa maîtrise des techniques d’école, il reste encore du chemin à parcourir à Sheru-kun sur la voie du sabre. L’exécution est impeccable. Mais l’intention n’y est pas. Je pense à Genkaku : il serait fier de son fils en son for intérieur, mais il lui reprocherait tout ce qui manque pour atteindre la perfection.

A la mort du chef, c’est la débâcle. Les guerriers ennemis s’enfuient.

Les pertes sont lourdes parmi les moines : quatre d’entre eux sont morts, dont deux Grue. Cinq se sont enfuis, dont un Grue.

Nous observons les dépouilles adversaires à bout de bâton : deux soldats morts portaient le tatouage sur la nuque. Deux moines de Yaruki Jukko portaient eux-aussi cette marque.
Avant de me pencher plus avant sur l’observation de ces tatouages, je médite un instant pour réveiller le feu de mon esprit et souffler sur les braises de la connaissance.

Ces tatouages ont beau être simples et minimalistes, ils ont été réalisés par un maître de cet art. C’est même un travail d’artiste : la rectitude du trait, son épaisseur absolument parfaite, la profondeur de l’encrage. Le tatouage a été réalisé il y a plusieurs années et pourtant sa couleur n’est absolument pas altérée. Une encre avec ce noir qui tend sur le bleu de minuit est très rare. On la trouve dans une variété de poisson-chat qu’on ne trouve qu’au sud de la passe de Baiden. En plein territoire Scorpion.

Avant de mettre le trophée morbide dans un sac, je remarque des traces de maquillage et de teinture sur la tête du comédien général.

Après les suspicions, nous voilà désormais munis de preuves.

Quand nous interrogeons les moines pour savoir où est Noshin, ils nous répondent que ce dernier n’est jamais rentré avec eux. Il a fait demi-tour en direction de Kenson Gakka après s’être expliqué avec certains d’entre eux.

Nous prenons le temps de vérifier les nuques des moines encore en vie, afin de ne pas laisser de vipères dans le berceau.

Puis nous remontons sur nos montures, meurtris et éreintés par le combat. L’heure n’est pas encore au repos. Le temps joue contre nous et il nous faut retourner au plus vite en ville. Pour sauver ce qui peut encore l’être ?

つ づ く
View
Le Cœur d'un Lion
Prologue 1.2, an 35 et an 1120

Le Cœur d'un Lion

Les nuages traversèrent d’un bout à l’autre l’immensité céleste d’un bleu profond, comme s’ils cherchaient à rattraper le vent. Des milliers de clameurs résonnèrent, fusionnant en un unique cri de guerre. Les armées arborant des bannières aux couleurs vives se hérissèrent de sabres dressés par milliers vers le ciel et défiant les ténèbres de s’opposer à l’affrontement qui se préparait.

C’est ici que tout commence, C’est aussi le milieu et la fin car toutes ces choses forment un cercle. On ne tire les leçons qu’en observant l’évolution de ses enfants.

Un guerrier, les yeux brillants, se tourna vers une Dame. " Aujourd’hui sera un jour glorieux, Matsu. " Mille fois, elle avait entendu ces mots et mille fois, elle y avait répondu par un cri de guerre fier et tempétueux. Akodo balaya du regard son armée, observant l’avancée de ses soldats qui faisaient trembler la terre. Les plumes de son casque flottaient au vent tandis qu’il maintenait d’une poigne ferme les rênes de son cheval. À ses côtés attendait une femme aux yeux aussi noirs que la mort, dont les lèvres s’étiraient en un sourire d’expectative.

Akodo Arasou et Matsu Tsuko se tenaient sur le flanc d’une colline, face au soleil qui émergeait devant eux. Ses yeux croisèrent ceux de Tsuko au moment où il desserra la lanière de son casque, " La bataille sera glorieuse " fit-il tout en positionnant son katana dans son obi Cette perspective suffisait à illuminer son regard, le moindre de ses mouvements laissant transparaître une assurance emplie de fierté. Tsuko lui adressa un rictus féroce comme unique réponse, avant de se tourner vers les forces du Clan du Lion rassemblées dans la plaine en contrebas. Le soleil pointait à l’horizon, dardant de ses rayons le château et l’armée rassemblée. Toshi Ranbo wo Shien Shite Reigisaho – le château du Clan du Lion -, pris par le Clan de la Grue à force de diplomatie. Par sa lâcheté.

" Il est temps de reprendre le château de nos ancêtres. " La voix de Arasou était claire et les hommes lui firent une ovation, leurs armes reflétant la couleur cramoisie du soleil levant. " Qui combattra à mes côtés ? "
Les hommes lui répondirent par un ai de bataille tonitruant lancé par la samurai-Io qui se tenait à sa droite. Avant que le soleil ne fût détaché de l’horizon, ta bataille était engagée.

" À droite ! hurla Akodo du haut de son cheval, chargeant aux côtés de ses légions. Ils attaquent par le flanc droit ! Chargez ! "

Les hommes s’exécutèrent, leurs sabres taillant des chemins sanglants dans les rangs adverses. Les aberrations, comme le frère de Akodo aimait à les appeler, vociférèrent leur haine avant de se faire piétiner. Akodo regarda vers le sud et vit les vaillants disciples de Matsu faire face aux monstrueux oni, les mains dégoulinantes de sang et de poison. Matsu, qui les dépassait d’une tête, tenait un énorme sabre à la main_ Elle chargea l’oni le plus grand en rugissant sa haine. Elle le contourna par la droite, pour parer ses griffes, acheva le mouvement de son sabre et le planta dans les jambes du monstre. Des étincelles jaillirent lorsque que le no-dachi traversa les plaques métalliques qui protégeaient la créature, laquelle brailla sous la douleur et la hargne.

Matsu.

Akodo sourit. Quelle fantastique épouse elle aurait fait ! Sa maîtrise du sabre était inégalée, et n’importe quel homme sous ses ordres aurait sacrifié sa vie sans hésiter. Elle incarnait les valeurs de son clan, une véritable Dame Lion. Soudain, des ogres débouchèrent d’une saillie rocheuse et déferlèrent sur Akodo et ses hommes en poussant des hurlements.

" Tsuko ! " cria Arasou. Les nuages de poussière soulevés par les chevaux lancés au galop le firent toussoter et il perdit de vue la samurai-ko. " Tsuko ! ".

Tout près de lui, une unité de lanciers de la famille Daidoji chargeait ses hommes ; il n’y avait pas de temps perdre. Arasou se jeta dans la mêlée, le katana de son père luisant d’une lumière ternie par la pousstere ambiante. La bataille s’engageait mai. Chaque fois que les troupes du Clan du Lion tentaient un assaut contre le château, les samurai du Clan de la Grue les contraient en déversant sur eux de la poix brûlante ou de l’huile enflammée. Alors qu’il séparait la tête du corps d’un adversaire, Arasou vit périr un autre samurai de la famille Akodo. La haine se propagea dans tout son corps et ses coups se firent encore plus enragés.

Arasou fondit sur les combattants de la famille Daidoji. Il empala l’un d’eux sur le yari de son compagnon puis se figea un instant, avant de trancher les mains d’un autre adversaire. Aucune pitié, songea Arasou. Aucune pitié pour ceux qui se mettront en travers de mon chemin.

A sa droite, une légion de la famille Matsu rebroussait chemin sous la nouvelle nuée de flèches qui s’abattaient sur elle. Tsuko et ses soldats se regroupèrent avant de plonger sous la marée de lances des samurai de la famille Daidoji. Dans ses yeux brûlait le feu du combat, d’une ardeur qui rivalisait avec celle des flammes qui dévoraient la poix déversée par ses ennemis. " Matsu ! " cria-t-elle. Elle brandit son sabre, et son cri fut repris en chœur par des centaines de guerriers. Les samurai de la famille Matsu, dont les armures étaient couvertes de sang, se rassemblaient pour repartir au combat. Ils marchèrent sur les corps sans vie de leurs frères et suivirent Tsuko, qui les conduisait droit vers la masse compacte de guerriers du Clan de la Grue.

Arasou pointa son katana. " Là ! fit-il en criant pour se faire entendre malgré le grésillement des flammes. Voilà notre brèche ! " Derrière lui, des samurai s’engouffrèrent dans la trouée percée par les samurai de la famille Matsu, ignorant les hurlements des blessés et les morsures cinglantes des lances.

Akodo sourit en essuyant son katana couvert de sang d’ogre. Trois braves samurai étaient tombés vaillamment, mais ils avaient vu périr la horde démoniaque. Akodo regarda autour de lui. La pluie s’était mise à tomber, résonnant contre son casque. Son poney était mort sous lui, en pleine course. Il se tenait à présent au milieu d’un monceau de cadavres.

" Gloire à l’Empereur ! " cria-t-il, avant de courir vers le cœur de la bataille, qui tournait visiblement mal. Akodo pouvait apercevoir une nuée de visages difformes, tournoyant sur le champ de bataille tel un orage dévastateur et fauchant les samurai sur son passage. Autour de l’Empereur, les hommes de la famille Kakita se resserraient comme un nœud coulant, leurs sabres dégoulinant de sang.

Matsu se retrouvait seule, sa garde d’honneur annihilée. Son armure, partiellement déchiquetée, s’accordait avec son visage qui n’était plus qu’un masque grimaçant de fureur. Akodo se précipita vers elle, se frayant un chemin par de larges moulinets de son sabre.

Surgi de nulle part, un oni se jeta sur lui. D’une flexion du torse, Akodo esquiva les griffes acérées, se retrouva à terre et tenta de planter son sabre dans la poitrine du monstre. Le mouvement fut vif et le coup traversa légèrement la chitine. Du sang noir jaillit et aspergea le visage de Akodo, qui fut aussitôt aveuglé, sous les rires stridents de l’oni. Ne distinguant plus que des ombres, Akodo s’employa à parer les mouvements qu’il percevait, tout en martelant le sol afin de reculer. Il essuya le liquide âcre qui recouvrait ses yeux, en attendant de pouvoir reprendre l’avantage.

Il entendit un grognement, puis un cri, et se fendit en pointant son arme en direction de l’ombre massive qui lui faisait face. Sa lame s’enfonça profondément dans la chair et les tendons et fut stoppée par un os avant de lui être arrachée de la main. Il attendit un instant, mais ne perçut pas la moindre réaction.

Akodo s’efforça de voir à travers le rideau opaque de douleur et de sang qui se formait devant ses yeux. Il finit par apercevoir, penchée sur lui, une femme aux longs cheveux enchevêtrés. Elle plissa les yeux avant de lui tendre son sabre.

" Matsu ! " cria Akodo en constatant que le démon gisait à terre, décapité. Elle lui tendit la main pour l’aider à se relever, avant de le conduire en lieu sûr. A plusieurs reprises, il perçut les cliquetis de la bataille, mais ses yeux ne pouvaient rien distinguer. Des hommes se ruèrent bruyamment à l’assaut et il entendit Matsu leur hurler des ordres en son nom.

Finalement, à l’abri dans le campement personnel de l’Empereur, un soigneur vint s’occuper des blessures d’Akodo. " Votre oeil droit y verra de nouveau, mon Seigneur, mais le gauche… " la voix de l’homme s’évanouit dans un murmure d’inquiétude.

" Cela ira, chuchota Akodo. Je n’ai nul besoin de mes deux yeux pour trouver mon ennemi. " Il marqua une pause. " Matsu ? "

" Je suis là. " Sa voix n’exprimait aucune soumission, aucune déférence. Seule une légère pointe de respect rappelait sa position de vassale.

" Je devrais être à tes côtés, fit-il d’une voix rude, empreinte de colère et de désespoir. Mais ce me sera impossible aujourd’hui. A toi de diriger les armées. " Après un long moment, il ajouta : " Tu avais raison. "

" Nous ne combattrons jamais côte à côte, mon Seigneur. Quelles que soient les forces que vous commandez, murmura Matsu. Tel n’est pas notre destin. " Il entendit son petit rire, puis le rideau en soie de l’entrée de la tente frémit et il se retrouva plongé dans le silence. Un silence troublé par les cris lointains du champ de bataille.

Les lanciers de la famille Daidoji furent repoussés, tombèrent dans les douves du château et devinrent des cibles faciles pour les archers du Clan du Lion. Sans perdre un instant, Tsuko et Arasou se précipitèrent jusqu’aux grilles.

Dos à dos, les samurai des familles Akodo et Matsu combattaient, leurs katana tranchant sans relâche dans les chairs et les os. Ils étaient accompagnés par une centaine de soldats, qui s’engouffrèrent dans le goulet d’étranglement de Toshi Ranbo wo Shien Shite Reigisaho.

" La gloire nous accompagne ! lança Arasou à sa promise, tout en brandissant bien haut son katana. Ce jour restera gravé dans les mémoires ! "

Un cri de guerre s’échappa des lèvres de Tsuko, dont les coups de sabre rivalisaient de férocité avec ceux d’Arasou. Ensemble, Matsu et Akodo combattaient avec une efficacité redoutable. Un trio de samurai de la famille Daidoji surgit de derrière une palissade, leurs katana reflétant furtivement la lumière environnante. Tsuko, poussant un cri féroce, se précipita sur eux. Trompant leur garde, elle parvient à en couper un en deux avant qu’ils aient eu le temps de réagir. Les deux autres samurai pointèrent leurs armes sur elle et arborèrent un sourire circonspect tout en s’approchant.

Jaillissant dans son dos, Arasou se jeta en avant, sans prêter attention à la position figée de Tsuko. Il se rua sauvagement sur les hommes du Clan de la Grue, le sabre miroitant de sang. Ses adversaires étaient vifs, mais il fut le plus rapide. L’un d’eux tenta de le frapper aux jambes, mais il para le coup. Arasou bondit alors en avant, faisant plier son sabre lorsque ce dernier traversa le corps d’un ennemi.

Les samurai du Clan de la Grue se repliaient, poursuivis par Arasou qui les injuriait et les traitait de traîtres, de lâches, de chiens… Il faucha l’air tandis qu’ils battaient en retraite, frappant là où se tenait un adversaire quelques secondes auparavant. Finalement, les samurai de la famille Daidoji cessèrent de reculer, et Arasou se retrouva attiré à l’intérieur, de l’autre côté des grilles, en plein coeur des forces ennemies. Arasou se fendit vigoureusement et l’un d’entre eux tomba en hurlant, le torse transpercé. Un autre adversaire toucha le bras d’Arasou, lui occasionnant une profonde entaille avant de subir la riposte du samurai du Clan du Lion, qui lui trancha la tête.

Trois autres samurai ennemis périrent avant d’avoir pu l’approcher, leurs katana brisés résonnant sur le sol dallé. Arasou haletait, le souffle court, exhalant une furie dévastatrice. Chacun des coups de son katana ôtait la vie d’un de ses adversaires. " Tsuko ! hurla-t-il, Tsuko ! "

Mais les autres samurai du Clan du Lion périssaient autour de lui, leur charge anéantie par l’embuscade tendue par les membres de la famille Daidoji. Du sang coula dans les douves, tandis que de nouveaux samurai du Clan de la Grue continuaient d’affluer. " Tsuko ! " La douleur lui coupait le souffle et lui brouillait la vue. Arasou chancela, maniant son sabre comme une faux, le bras tremblant.

Il baissa les yeux sur sa poitrine et vit des os saillants lui adresser un dernier message.

" Tsu…ko… " Ses lèvres remuèrent, mais aucun son n’en sortit. Quand le soleil disparut à l’horizon, quand la terre fut plongée dans les ténèbres, Arasou était toujours habité par la rage.

Notre destin n’est pas de combattre côte à côte, mon Seigneur. Ces mots résonnaient dans l’esprit de Akodo. Il observa la moine s’approcher. L’étrange petit homme guiderait Matsu dans les ténèbres. Akodo baissa péniblement la tête, et ses doigts caressèrent le pansement qui recouvraient son orbite.

" Il est temps de partir, mon ami, chuchota le moine. Te rappelleras-tu tout ce que je t’ai enseigné ? "

Akodo hocha sa tête endolorie, sa main retombant sur le côté. " Hai Sinsei-sama. Je me souviendrai de tout. Je vous donne ma parole. "

La scène se figea un instant. " Souhaites-tu lui parler avant que nous partions ? " Le moine regarda la haute silhouette qui se dressait sur le flanc de la colline, ses longs cheveux noirs flottant, telle une bannière dans la brise glacée de l’hiver.

Akodo jeta un dernier coup d’œil dans sa direction puis détourna le regard. " Non. Elle connaît mon cœur. Les mots sont vains. "

Tandis que le petit homme s’éloignait, ses mots résonnèrent dans la tête de Akodo. " Il n’est nul chemin si étroit qu’il ne puisse être emprunté que par un homme seul. Pense à tes frères et range-toi à leurs côtés. Dans leurs forces, tu puiseras la tienne. "

" Matsu… " murmura-t-il, mais ils étaient déjà partis.

Tsuko s’agenouilla devant le trône du daimyo de la famille Akodo, la gorge nouée par le serment de fidélité qu’elle devait prêter. Le frère de Arasou s’affala sur le trône comme si ses épaules étaient lestées d’une lourde charge en fer. Il n’avait aucune grâce, aucun don pour l’art du sabre, et sa fougue faisait pâle figure à côté de celle d’Arasou. En fait, ce dignitaire de la famille Akodo ressemblait plus à un diplomate qu’à un guerrier, et ses yeux étaient ceux d’un érudit.

C’était un imbécile.

La gloire dont Arasou avait auréolé la famille Akodo était morte avec lui. Les yeux de Tsuko s’embrasèrent lorsqu’elle murmura les anciennes paroles qui la liaient, elle et sa famille, au nouveau champion.

Un lien à vie avec ce lapin docile. Arasou, mon brave Arasou…. Il vaut mieux que tu sois mort, pour ne jamais voir ce que nous sommes devenus.

Quand elle se releva avant de s’incliner formellement, le nouveau champion l’appela : " Matsu Tsuko-san. "

Lorsqu’elle leva les yeux vers lui, le voile d’allégeance et de discipline qu’elle s’imposait ne put dissimuler la haine diaphane qui habitait son regard. L’homme assis sur le trône marqua une pause.

" Vous avez enduré une grande perte. Comme nous tous. " Ses yeux croisèrent ceux de Tsuko. " J’espère que nous parviendrons tous les deux à nous comprendre. Le Clan du Lion doit se battre comme un seul homme. "

Tsuko le toisa impétueusement, ne voyant, sur le trône de son Seigneur, que le visage d’un usurpateur. " Non, mon Seigneur. " souffla-t-elle d’un ton à peine respectueux. " Nous ne combattrons jamais côte à côte. Quelles que soient les forces que vous commandez. "

Elle s’inclina à nouveau, puis se retourna pour quitter la salle.

" Tsuko… " lui lança-t-il, la voix empreinte d’amertume.

Elle se retourna, ses yeux noirs de jais aussi perçants que des flèches. " Vous ne serez jamais Arasou. "

" Non, répondit le nouveau Champion du Clan du Lion, d’une voix vibrante soudainement forte. Je serai Toturi, et tu obéiras à mes ordres. C’est tout ce que tu dois savoir. "

Tsuko plissa les yeux et retroussa les lèvres dans un rictus animal. Puis, dans un grand effort de volonté, elle s’inclina sèchement. Derrière elle, la porte se referma dans un soupir feutré.

Assis sur le trône poli de ses ancêtres, le nouveau Champion de la maison Akodo ferma ses yeux fatigués.

Récit en introduction de la
deuxième partie du scénario " L’Ombre de la Guerre "
View
L'envol des faucons
Résumé 1.1, Année 1120, Tatsuya no Monogatari

L'envol des faucons

Contribution de Breloque
竜也の物語

Je suis Tatsuya.

Né dans la vallée du givre, nichée dans les pics rocheux du clan du Dragon, j’ai eu une vie de bushi bien remplie. J’ai jadis nourri l’espoir de couler mes derniers jours dans la douceur de mon logis. Je me rêvais assis sur le plancher usé de la terrasse, à déguster un savoureux saké en contemplant le jardin zen pour inspirer ma médiocre poésie. Le destin ne m’a pas laissé arpenter ce chemin, car je suis devenu Togashi, moine Ise-zumi en quête d’harmonie, déterminé à honorer ses serments.

N’ayez crainte honorable lecteur, car ce n’est pas cette histoire que je vais vous narrer aujourd’hui. Les caractères que je couche sur ce parchemin, à la lueur vacillante d’une chandelle, dessinent un récit qui a marqué la tumultueuse histoire de Rokugan au fer rouge. Des événements dont vous connaissez les échos et qui résonnent encore sur la falaise de vos vies. Je vais vous conter ce que mes sens ont capté et mon esprit a compris, mais n’oubliez jamais – honorable lecteur – que ce n’est que mon humble interprétation. Lorsque j’écris ces mots, je n’ai donc pas la prétention d’être un chroniqueur de la confrérie des héros, comme mon respectable et émérite frère Botan. Et pourtant, les kami savent à quel point les personnes dont je vais vous conter l’histoire ont pu prouver leur valeur et leur grandeur d’âme. Je souhaite uniquement planter quelques modestes graines de sagesse en priant pour qu’elles prennent racine.

Faites en bon usage, honorable lecteur.

Bien. Ceci-étant dit, par où commencer… Ah, oui, bien sûr. Le point d’origine. La pierre jetée dans l’étang. L’ombre de la guerre.

Savez-vous – honorable lecteur – ce que sont les Fragments du Vide ? C’est un héritage. Vous connaissez sûrement la légende de la conjuration de Kinkaku qui raconte comment Miyakoshi, un esprit-dragon du vide devenu fou, fut terrassé naguère par des héros. Cet exploit fut accompli au prix d’un rituel qui instilla en chacun des trois survivants une portion de l’essence mystique de feu la créature. Ce fragment du vide se transmet de génération en génération. Chaque héritier porteur d’un fragment de ces trois lignées possède une marque de naissance au poignet droit formant trois gouttes. Une malédiction selon certains… Certes, mais la vérité est plus complexe.

Nous sommes en l’an 1120, au dix-huitième jour du mois du Singe.

Kakita Sheru est l’un d’eux. Fragment du vide de la lignée du Brasier, membre de l’honorable clan de la Grue, c’est un bushi de la célèbre école de duel Kakita. Mais c’est avant tout un Shikken, un ambassadeur sous l’autorité de Miya Yoto, noble Héraut Impérial. Il porte aujourd’hui un kamishimo cérémoniel d’une riche étoffe bleue et blanche, arborant le mon de son clan. Son crâne est naturellement chauve et sa mine sévère est accentuée par d’épais sourcils. Je suis à son service en tant que conseiller depuis maintenant trois ans, en vertu d’un serment que j’ai fait autrefois à son honorable père.

Nous sommes en route pour le festival de la Tortue Humble à Kenson Gakka, sur les terres du clan du Lion, pour une commémoration historique. Il y a six siècles, se trouvait à cet emplacement un château nommé Shiro no Meiyo, qui appartenait au clan du Scorpion. Les armées du Scorpion ont tenté de conquérir Kyuden Ikoma, fief établi du Lion. En représailles, le Lion a bondi toutes griffes dehors sur Shiro no Meiyo et massacré tous les occupants, sans exception. Avant la fin de la journée, il n’y avait en ce lieu plus âme qui vive qui ne fut Lion. Le site fut renommé Kenson Gakka, « la leçon d’humilité ». Le Lion a ensuite imposé au clan du Scorpion d’y installer non loin un temple pour commémorer ces événements passés. Le temple de Yakuri Jukko, dédié aux mille fortunes, est bâti aux abords de ce qui est devenu une ville de moyenne importance dans cette nouvelle province acquise au prix du sang et de l’honneur.

Le contexte est particulièrement tendu pour la délégation de Kakita-sama, car il y a quelques mois de ça, le clan du Lion a attaqué avec ses armées Toshi Ranbo, la Cité des Apparences, fief d’importance sur les terres de la Grue. Ce sont ces derniers qui en sortir vainqueurs et le daimyo du clan du Lion y perdit la vie, ainsi que son héritier Akodo Arasou. C’est le fils cadet des Akodo qui hérita et qui guide désormais son clan, la main droite de l’Empereur. Mais c’est un lionceau inexpérimenté, à la plus grande satisfaction du clan de la Grue.

Cependant, c’est bien en tant que porteur de la paix de l’Empereur que Kakita-sama est aujourd’hui à la tête d’une délégation qui comprend sept moines du temple de Shiro Daidoji, tirant des charrettes à bras pleines de présents. L’Empereur apporte sa bénédiction aux deux temples réunis pour célébrer mille ans de paix… La formule est belle, mais la paix a toujours été relative et n’a jamais été aussi précaire.

L’histoire a démontré à plusieurs reprises que les fragments du vide ont tendance à se rapprocher les uns des autres. Kakita-sama ne fait pas exception. Sa suite est ainsi composée de Daidoji Yuki, fragment de la lignée des Secrets et éclaireur Daidoji. Elle officie aujourd’hui comme Yojimbo, garde du corps. Caractéristique de certains membres de sa famille, Yuki-san a les cheveux naturellement blancs comme sa vénérable aïeule, malgré sa jeunesse. Et dire qu’elle était présente à cette terrible bataille de Toshi Ranbo… Cela explique sans doute pourquoi elle est particulièrement sur ses gardes depuis que nous avons pénétré le territoire Lion.

Tout juste sorti du dojo, Isawa Kazehiko, fragment de la lignée des Savoirs, a récemment rejoint le service de Kakita-sama. Adepte du vide ishiken-do du clan du Phénix, il a remplacé en tant que conseiller Isawa Tenku parti en retraite il y a de ça quelques semaines. Contrairement à d’autres prêtres de sa caste, ce n’est pas un érudit maigrelet aux yeux usés par la calligraphie. Non, il semble vigoureux, vaillant et volontaire. Il porte un wakizashi, une lame courte, ainsi qu’un kusarigama, un crochet à chaîne. Une arme qui demande un entraînement spécifique pour être correctement maîtrisée, je suis curieux de le voir à l’œuvre. Je ne le connais encore que peu mais j’ai pu constater son naturel curieux et passionné. Aaah, le printemps de la jeunesse ! Il arbore un imposant collier de prière fait de perles de jade, de chrysoprase et d’autres pierres semi-précieuses. J’y vois là des représentations des sept Fortunes, mais aussi d’Amaterasu et de Onnotangu. Peut-être est-ce là une relique.

Iushi Ayame, shugenja de la terre, est la fille d’un important diplomate du clan de la Licorne. Dans le cadre de l’aimable entente établie entre les clans de la Licorne et de la Grue, des pupilles sont échangés. Ayame-san en fait partie. Elle a rejoint le service de Kakita-sama depuis trois mois déjà. Je ne suis pas surpris de voir le dégoût qu’inspirent les fourrures qu’elle porte fièrement autour du cou à certains membres de la maisonnée de Kakita-sama. J’ai aussi remarqué les intrigants talismans qu’elle porte autour du cou, fabriqués de ses mains m’a-t-elle dit. Je suis curieux d’en savoir plus sur cet art étrange.

Le dernier membre de cette honorable suite n’est autre que l’humble moine que je suis. J’ai revêtu mes plus beaux atours, certes beaucoup plus modestes que ceux de mes compagnons. En effet, alors que nous avancions dans les derniers kilomètres nous séparant de notre destination, nous avons fait une halte pour revêtir nos tenues d’apparat, afin que notre mise soit digne face au Daimyo de Kenson Gakka.

Accompagnant les autres moines, mes geta et mon bâton claquent sur la pierre alors que mes compagnons cheminent à cheval. Je porte un hakama gris et un samue bistre. Les tatouages qui couvrent mon corps émergent au niveau de mon cou, dévoilant une mante de profil posée sur une branche. Seule fantaisie, une petite boîte à compartiments en bois laqué pend à ma ceinture par une cordelette retenue par une pierre noire sculptée en forme de dragon. Contrairement à Kakita-sama et Isawa-san, mon crâne n’est pas impeccablement lisse et demeurent en périphérie quelques épars vestiges, un duvet blanchi par les ans et le soleil. Ah, je sais bien que la chose agace Kakita-sama mais quelques années de plus devraient suffire à oblitérer ces derniers renégats capillaires. Pour l’heure, mon crâne est abrité sous mon sandokasa, chapeau de bambou tressé à larges bords usé par la pluie.

Un croisement. Les moines de Shiro Daidoji nous quittent pour rallier le temple de Yakuri Jukko. Nous les reverrons demain, pour la commémoration. Kakita-sama pour sa part est attendu au palais dès ce soir.

C’est lorsque le crépuscule joue ses dernières notes mordorées que la délégation arrive à Kenson Gakka, ville fortifiée à flanc de colline. Une effervescence anime les habitants en ce début de soirée, alors que des braseros sont installés au bord des voies et des lampions allumés çà et là sur les terrasses des maisons.

Le château à trois étages est majestueux avec ses murs en pierre blanchis par un enduit qui contraste avec les tuiles en ardoise. Le groupe est accueilli dans l’enceinte par un samurai vétéran, le hatamoto, le chef des suivants de la maisonnée. Le lieu est animé avec de nombreux visiteurs en cette veille de festival, mais le hatamoto fait place nette pour guider notre groupe jusqu’à la salle de réception. Il déclame les présentations :

« Kakita-sama, voix de l’Empereur, Messager de paix. »
« Matsu-dono, Dépositaire de la paix de Kenson Gakka »

Nous voilà donc face au daimyo Matsu Kioma. Il semble ravi de la situation et de la présence de l’émissaire impérial. Deux autres personnes sont à ses côtés. A sa gauche son épouse, et à sa droite son général. Ce dernier a l’air quelque peu distrait et guère intéressé par l’apparat des courtisans. Tout le contraire de l’épouse du daimyo, prévenante à l’égard de ses invités.

Isawa Kazehiko apporte le cadeau destiné au daimyo dans une boîte sobrement estampillée du chrysanthème impérial. Je sais que c’est un magnifique tessen, un éventail de commandement ajouré de symboles harmonieux dans un bois précieux et laqué par un artisan de renom. Un présent de qualité, autant par sa facture que par son symbole.

Ce que l’on sème
Sous les griffes du félin,
Un chrysanthème.

Après les politesses d’usage, Matsu-dono accepte le présent qu’un serviteur vient enlever. Une pièce du palais à l’étage est aménagée à notre égard. On nous apporte un généreux repas aux multiples plats, confirmant l’accueil tout à fait courtois du daimyo. La fenêtre ouverte dévoile les lumières de la ville comme des lucioles qui s’égayent dans la nuit.

Isawa-san s’est assis en position du lotus au milieu de la pièce, la brise du soir lui caressant le visage. Il interroge les kamis de l’air et seul lui sait ce qu’ils lui ont chuchoté à l’oreille. Je n’ai pas osé le déranger dans sa transe pour savoir ce qu’il faisait.

Pendant ce temps, Iuchi-san va à la rencontre d’autres visiteurs présents dans le palais. A commencer par Yasuki Genji, un commerçant du clan du Crabe à la langue agile. Elle apprend de sa bouche le nom du général rencontré précédemment : Akodo Ikare.

Pour ma part, j’engage la conversation avec quelques serviteurs, sans apprendre grand-chose d’utile. Je m’isole ensuite dans le jardin du château afin de réaliser ma routine de fin de journée. J’effectue le kata de la 13ème forme, en prenant le soin de l’exécuter le plus lentement possible. Pendant ma méditation, j’aperçois un homme portant le symbole du Renard qui m’observe un temps avant de rebrousser chemin. J’achève mon rituel du soir par une tasse de genmaicha et une prière aux kamis. Les feuilles de thé dessinent un avenir : un lion couché sur le flanc, un pied le bloquant au sol… Une leçon d’humilité ? Beaucoup plus inquiétant, le fond de ma tasse demeure dans les ténèbres. Mon sang se glace. Funeste augure de l’outremonde.

Dès l’heure du tigre, tôt le matin avant que le soleil ne se lève, la délégation se prépare. Kakita-sama en profite pour nous rappeler les enjeux de cette journée. Je le sens tendu, mais concentré. Dehors, d’autres sont déjà levés et répètent pour la parade qui aura lieu plus tard dans la matinée.

Yuki-san s’habille comme un serviteur. Elle accompagne Iuchi-san à une auberge de la ville pour prendre un petit-déjeuner et discuter avec les voyageurs. Dans la pièce, deux personnes attirent leur attention. Un bushi du clan de la Licorne, une femme avec le mon des Otaku, est en train de finir son repas. Une courtisane du clan de la Libellule, assez légèrement vêtue, manifestement habituée à des lieux plus fastueux, se trouve aussi là. Daidoji Yuki reconnaît instantanément en elle un fragment du vide. Elles engagent la conversation avec cette dernière et en apprennent plus sur le déroulement du festival. Tonbo-san recommande notamment le moment où seront libérés les faucons, un des temps fort de la journée. Un détail s’impose soudainement à Yuki-san : cette courtisane Tonbo ne possède pas la marque caractéristique des fragments à son poignet. Comment est-ce possible ?

Je me rends pour ma part au temple des sept Fortunes et prie chacune d’entre elle. Le mauvais augure de la veille en tête, ma dernière prière est pour Togashi, le kami tutélaire de mon clan. Si seulement il pouvait partager avec moi un peu de sa légendaire clairvoyance.

Pendant ce temps-là, Isawa-san réalise avec diligence une cérémonie du thé pour Kakita-sama dans leur chambre au palais. Cela permet à Kakita-sama de se concentrer sur la tâche à venir. Il a à cœur d’honorer son rôle de représentant du souverain céleste en ce jour.

Un peu plus tard, Kakita-sama et les siens se réunissent à l’heure du Lièvre à l’hôtel de ville… Enfin sauf moi, car j’ai eu le malheur de m’égarer en chemin depuis le temple. Ces villes sont décidément bien trop labyrinthiques. Le daimyo, beaucoup plus solennel que la veille, a réuni ici sa cour et ses invités. Les gens parlent bas et les murmures bruissent comme le vol des papillons. Le son de trois biwas égrène une douce musique. Un vieil Isawa a captivé un petit groupe et leur parle d’astrologie avec enthousiasme. Isawa Kazehiko vient rendre hommage à ce membre de sa famille. Il découvre mal à l’aise que le vieil homme est un peu sénile. La courtisane Libellule est de nouveau aperçue dans l’assemblée et Kazehiko-san tente de deviner sa lignée comme seuls peuvent le faire les fragments. Sans succès. Cette dernière vient présenter ses hommages à Kakita-sama. Elle se montre très séductrice avec les deux bushi et fait mine de ne pas être au fait de sa condition de fragment du vide. Ça, l’absence de marque à son poignet et la difficulté pour connaître sa lignée rend cette personne pour le moins… intrigante. Il me tarde d’en savoir plus.

Tandis que je peine à trouver mon chemin malgré les indications d’un aimable maraîcher, je vois les moines arriver par la porte sud de la ville (… à moins que ce ne fusse la porte nord ?). Je vais à leur rencontre pour me joindre à eux. A leur tête, un dénommé Noshin. Ses gestes sont fluides, et sa posture m’évoque celle d’un bushi du Scorpion. Rien d’inquiétant, il n’est pas rare que des bushi abandonnent la voie du sabre pour embrasser d’autres plus spirituelles. Je suis bien placé pour le savoir.

Le soleil commence enfin à darder ses premiers rayons quand l’armée du Lion défile en grande pompe sur la place principale de la ville sous l’œil attentif du Daimyo. Fermant la marche, six soldats portent dans leurs dos de grands sashimono cérémoniels, des bannières affichant le mon du Lion. Chacun de ces porte-étendards représente cent années de domination sur ces terres.

Matsu-dono prononce le début officiel des festivités. Et notamment celles des épreuves très attendues par le peuple : yabuzame (arc à cheval), inu-o-mono (chasse), sumai (lutte), oriru (combat à cheval), seikakusa (kenjutsu), et kenkyokame (stratégie).

Le général Akodo-sama assiste au tournoi de combat à cheval et Iuchi Ayame affronte une autre Licorne, puis un Lion et enfin un Scorpion pour accéder à la finale. Mais Iuchi-san est défaite par le cavalier du Lion particulièrement inspiré en ce jour de festivités. Elle chute à terre après une manœuvre audacieuse. Elle se relève avec grâce mais toujours douce comme la prairie et forte comme la montagne.

Le vainqueur se voit remettre un ruban rouge, accordé aux vainqueurs de tournoi. Un serviteur vient voir Ayame-san : le général souhaite la recevoir. Il est agréablement surpris par la compétence équestre de la jeune femme alors qu’elle ne porte pas le daisho. Sa prestation n’est pas passée inaperçue.

Yuki-san baguenaude de tournois en tournois pour identifier qui sont les vainqueurs : majoritairement des Lions, sauf en sumai où c’est un Crabe qui sort vainqueur ainsi qu’en seikakusa où c’est un Bayushi du clan du Scorpion qui triomphe.

Matsu-dono propose à Kakita-sama de participer à une reconstitution historique, qui esquive habilement l’invitation en proposant que son garde du corps personnel, Daidoji Yuki, le représente. C’est Matsu-dono en personne qui incarne le rôle du général Scorpion alors que le général Lion est incarné par Akodo Ikare. Yuki-san fait bonne figure en éliminant plusieurs adversaires, mais son général libère subitement ses flancs offrant la victoire au Lion. Yuki-san reçoit quelques ecchymoses mais s’en sort avec les honneurs. Elle est félicitée par Kakita-sama pour montrer la nature officielle de sa participation.

Les festivités se poursuivent. C’est au tour des moines de Yaruki Jukko de se présenter en procession face au daimyo pour la tant attendue cérémonie de libération des faucons. Noshin est monté sur l’estrade pour assister au spectacle aux côtés du daimyo, ainsi que les vainqueurs des différents tournois.

Lorsque les lanières de cuir se détachent, ce ne sont pas des faucons qui sortent des coffres, mais des centaines de blanches colombes, symbole de guerre et de mauvaises nouvelles qui s’éparpillent dans le ciel. Un murmure de surprise et d’indignation parcourt la foule.

Furieux, Matsu-dono se précipite sur le chef des moines qui se confond en excuses, front contre terre. Je remarque pendant ce temps que les moines qui tenaient les coffres jouent la comédie et feignent la surprise. Exaspéré, le daimyo chasse les moines d’un geste rageur. Je les suis.

Foule immobile.
S’envolent les faucons blancs ─
Lion courroucé.

Kakita Sheru calme la foule en expliquant à l’attention de tous son soulagement que de voir partir au loin ces oiseaux de mauvais augure qui n’ont pas pu rester sur les honorables terres du Lion et s’enfuient à tire d’aile. Le daimyo remercie très respectueusement Kakita Sheru pour son intervention à propos qui a pacifié une situation délicate.

Les moines sont vertement invités à quitter la ville par les bushi du Lion. J’interpelle Noshin pour lui dire tout de go que je suis persuadé que les moines qui ont ouvert les coffres étaient au courant de leur sinistre contenu.

A quelques encablures de là, dans une ruelle, je remarque du coin de l’œil une ombre fugace qui s’efface. Quelqu’un a écouté notre conversation…

つ づ く
Aphorisme incongru
Ethadan a dit : « C’est l’anneau le plus difficile à monter. »
View
La Chute de Shiro no Yojin
Prologue 1.1, an 960

La Chute de Shiro no Yojin

La situation était désespérée, et les Fortunes ne les sauveraient pas, elle le savait. Le vent apportait avec lui les rumeurs de la guerre hors des murs de Shiro no Yojin, mais aussi les fumées des tunnels de liaison désormais coupés par les forces du Lion. Ces tunnels leur avaient permis de tenir le siège pendant trois semaines, mais le Général Lion, Matsu Aigito, avait fini par les trouver et les avait enfumés. Désormais, les habitants de Shiro no Yojin étaient voués à la mort, et Kimeiko ne pouvait s’y résoudre. Sa vie propre ne lui importait guère, mais elle portait en son sein l’héritier de la Lignée des Secrets. Son bébé devait absolument survivre aux lames des Lions, à tout prix.

Connaissant l’importance de cet enfant à naître, le daimyo du château avait réuni autour d’elle quelques uns de ses meilleurs éléments :
- Kakita Tamaki, le duelliste le plus prestigieux de Shiro no Yojin,
- Daidoji Nobuo, son yojimbo personnel,
- et Doji Sadamori, sa conseillère attitrée.
Kimeiko était, par ailleurs, accompagnée de son mari, le shugenja Asahina Juro et d’un moine dela Confrérie de Shinsei du nom de Taizo. Si des personnes d’exception pouvaient permettre à son enfant de naître et de survivre aux griffes des Lions, c’était bien eux.

Au loin, les deux tours de gardes étaient déjà en feu. Les forces du Lion étaient bien supérieures en nombre, et avaient épuisé, au cours de ces trois semaines d’un siège mortel, les derniers combattants Daidoji. La fin de Shiro no Yojin était évidente, et déjà, les familles de la Grue se préparaient à une mort honorable dans les étages supérieurs du fortin.

Kakita Tamaki proposa une folle percée dans les rangs ennemis, pour permettre à Kimeiko de quitter le château. Mais cela demandait trois choses : un appui de la Grue, une confusion dans les rangs du Lion, et une diversion. C’est dame Doji Sadamori qui demanda le soutien des bushi Daidoji. Par sa voix empreinte d’émotions et son rang, elle tenta de convaincre le capitaine des derniers combattants de lancer une offensive suicidaire autour d’elle. Elle parvint à les convaincre et les combattants se préparèrent à leur dernier combat.

De son côté, Asahina Juro, Shugenja du Clan de la Grue, commença à invoquer les kami de l’Air du château, pour qu’ils forment une brume dense qui couvrirait leur sortie. Parchemin à la main, il adressa une prière implorant l’aide des kami.

Un brouillard épais envahit tout à coup la cour de Shiro no Yojin au moment où un bataillon de guerrière Matsu franchissait les portes du fortin.

C’est Daidoji Nobuo qui lança la charge contre les rangs Matsu. Il ordonna à ses frères, à ses cousins, à ses amis, de sacrifier leurs vies dans ce dernier combat.

Les derniers Daidoji se jetèrent dans la mêlée à corps perdu, espérant emporter le plus de Matsu possibles avant de rejoindre les Cieux. Se joignant à ses frères Daidoji, Nobuo tua trois guerrières du Lion avant qu’une lame Akodo ne vienne perforer son torse.

Dans la mêlée, Kakita Tamaki remarqua l’un des Chui ennemi. L’homme arborait fièrement un tessen, un éventail marqué du mon du Lion. Sans attendre, Tamaki s’élança pour provoquer le capitaine en duel. Celui-ci, d’un léger signe de tête, accepta le combat honorable. Alors que les autres combattants se massacraient joyeusement, les deux bretteurs se mirent en place, et s’évaluèrent.

D’un coup magnifique, le duel prit fin aussi vite qu’il avait commencé. La tête de son adversaire alla rouler dans les jambes de Dame Kimeiko, mais elle ne s’en aperçut pas. Dans le chaos de la charge des Daidoji, aidée par le brouillard invoqué par son mari, elle s’enfuyait loin de la colline de Shiro no Yojin… mais une flèche ennemie vint perforer son dos… et son poumon.

Elle s’affaissa, soutenue par le moine qui l’accompagnait. Sa vie s’enfuyait déjà, mais elle devait sauver la lignée des Secrets. Le moine Taizo la porta jusqu’à un bosquet éloigné… Il ne pourrait peut-être pas sauver la mère, mais il sauverait l’enfant.

L’enfant sortit, non sans peine, du ventre de sa mère agonisante. Cette dernière contempla le nouveau né dans les bras de Taizo. Le seul rescapé de la Lignée des Secrets. Dans son dernier souffle, elle gémit le nom de celui qui devrait le plus grand général des armées de la Grue quelques décennies plus tard : " Yurei ".

Récit en introduction du
scénario " L’Ombre de la Guerre "
View
Haïku de Togashi Tatsuya
Poésie, an 1120, de Togashi Tatsuya

b_haiku.png

Contribution de Breloque

Vous trouverez ici quelques haïku conçus par Togashi Tatsuya au cours de l’année 1120.

En mémoire de son enfance sur les terres hostiles du Clan du Dragon :

Un chemin ivre
Sous la voûte d’azur —
Fleurs de givre

En mémoire de son père, forgeron émérite, Mirumoto Shigeru :

De la rencontre
De la nacre et de l’acier,
Naît une étreinte

En mémoire de son apprentissage du Iaijutsu avec Kakita Genkaku :

Sur le tatami
Sonne le choc des bokken ─
Amitié scellée.

En mémoire de sa rencontre avec Agasha Natsuko, celle qui deviendra sa femme :

Regard trouble
Sa bouche forme un oh ─
Un corps tombe.

En mémoire de son duel mortel avec Kakita Genkaku :

La mort au fourreau
Deux âmes face à face ─
Une hirondelle trisse.

Lorsqu’il réalise qui il est :

Montagne écorchée
Le secret de mon âme ─
Soudain révélé

A l’occasion du festival de la Tortue humble :

Ce que l’on sème
Sous les griffes du félin,
Un chrysanthème.

Devant la faute manifeste des moines de Yaruki Jukko :

Foule immobile.
S’envolent les faucons blancs ─
Lion courroucé.
View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.