Les Fragments du Vide

Vision : Daidoji Ginta

Interlude 3.2, Année 922

b_f3.png

Il le regrettait. De tout son honneur, de tout son cœur. Chaque instant dans sa vie l’avait amené à ce moment, où il entrevoyait son destin, et celui de sa protégée, Kakita Etsumi. Et il ne voyait pas comment il allait tenir la promesse qu’il avait faite à sa mère.

Il y a bien longtemps que Daidoji Ginta exerçait son devoir de garde-du-corps, de yojimbo, pour la famille Kakita. Ces derniers, estimés artisans et artistes en bien de domaines, avaient toujours pu compter sur les ancêtres de Ginta pour assurer leur protection. Non pas que les rivalités à la cour puissent requérir les services d’un homme d’armes, mais les Kakita aimaient à se déplacer dans tout Rokugan pour montrer leur excellence, et il avait ainsi suivi, discrètement et en toutes circonstances, Kakita Sōto, une courtisane de la capitale impériale, Otosan Uchi. Des années de devoir, au service de sa maîtresse, à parcourir toutes les cours des Clans, et des hivers passés à ses côtés, enfermés par la rudesse du climat dans un palais ou un autre. Elle, qui s’enivrait du faste des Cours, lui qui attendait patiemment à ses côtés.

Lettré par son rang et son héritage, il avait toujours été impressionné par le talent de sa maîtresse, et savait qu’elle possédait en ses mains le pouvoir des Kami créateurs : tout ce qu’elle produisait définissait le beau.

Le mari de Sōto, Kakita Suzuno, était un bushi reconnu, souvent en campagne avec les seigneurs Doji pour le compte du Clan. Ginta le voyait peu, et le respectait encore moins : cet homme prétentieux et bavard méprisait son épouse et son talent. D’ailleurs, Ginta avait souvent offert son épaule à Sōto lorsque celle-ci osait montrer sa souffrance de femme délaissée.

L’arrivée du bébé, Etsumi, fut comme une libération pour sa mère, un poids de plus pour son père. Et c’est Ginta qui fit office de figure paternelle pour l’enfant, aux côtés d’une Sōto métamorphosée par sa maternité et son amitié avec le fervent yojimbo.

Mais à présent, le bushi de la Grue accompagnait Etsumi dans l’antre d’un mal ancien et redoutable. Il regrettait d’avoir laissé la jeune fille accompagner celui qu’elle aimait en secret. Cependant, il savait trop ce que c’était, la folie à laquelle peut conduire un amour secret.

Alors que l’escouade entrait dans le temple des Fortunes au sein de Kuroi Mori, Daidoji Ginta était plus déterminé que jamais à protéger sa fille de l’horreur qu’ils allaient affronter.

Vision fugace des Fragments du Vide
après leur troisième voyage spirituel,
scénario " Les Cendres du Dragon "

Comments

Orion_JdR

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.